Dakar : Toyota cartonne, Nasser Al-Attiyah s'offre le prologue, Sébastien Loeb 10e, Stéphane Peterhansel 14e

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Le Qatari Nasser Al-Attiyah (Toyota) à l'attaque sur le Dakar 2021
Le Qatari Nasser Al-Attiyah (Toyota) à l'attaque sur le Dakar 2021 | AFP - FRANCK FIFE

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Vainqueur à trois reprises du Dakar (2011, 2015, 2019), le Qatari Nasser Al-Attiyah a remporté de belle manière le prologue du Dakar 2021. Sur un tracé de 11 km, les Toyota ont fait fort en raflant les quatre premières places. Le pilote de la Toyota N.301 a devancé le Saoudien Yazeed Al Rajhi (Toyota) et le Polonais Jakub Przygonski (Toyota). Mais ces temps ne servent qu'à créer une hiérarchie pour le départ de la 1re étape, dimanche.

Toyota n'a remporté qu'une seule fois le Dakar. C'était en 2019, avec Nasser Al-Attiyah. Mais après ce prologue d'ouverture du Dakar 2021, la marque nippone a montré les crocs d'entrée. Sur un parcours de 11km, les quatre premières places ont été trustées par une Toyota. Premier de cordée, le Qatari n'a laissé à personne le soin de montrer toute son ambition. Avec le numéro 301, celui avec lequel il a triomphé en 2019 mais aussi en 2015 (sur Mini) en plus de sa première victoire en 2011 (sur Volkswagen), il espère que la chance lui sourira jusqu'au bout. Deuxième l'an dernier derrière Carlos Sainz (Mini) après avoir beaucoup joué de malchance notamment avec 11 crevaisons, Al-Attiyah a renvoyé la concurrence à plus de 8 secondes.

Le Saoudien Yazeed Al Rajhi a été le plus rapide de ses rivaux, terminant 4 secondes plus vite que le Polonais Jakub Przygonski, candidat lui-aussi à la victoire après sa 4e place en 2019. Arrivé lui-aussi chez Toyota mais dans le Orlen Team-Overdrive cette année, il aspire à se mêler à la lutte.

 

Loeb, Peterhansel et Sainz sans risque

Derrière cette armada, le nonuple champion du monde de rallye WRC, Sébastien Loeb, n'a pas tenté l'impossible. Au volant de son Hunter, le Français, qui a terminé à la 2e place en 2017 puis à la 3e en 2019, a fini à 17 secondes du vainqueur du jour. Stéphane Peterhansel, et ses 13 victoires sur le Dakar (dont 7 en autos), sait que la prise de risque rapide n'est pas synonyme de victoire finale. Au volant de sa Mini, il a terminé à 2 secondes de son compatriote, à la 14e place de ce prologue.

3e l'année dernière, le Français a vu l'un de ses rivaux et son coéquipier Carlos Sainz, tenant du titre, adopter la même tactique. L'Espagnol, vainqueur de trois Dakar (2010, 2018, 2020) a achevé cette première spéciale avec 36 secondes de retard sur Al-Attiyah, après s'être élancé le premier sur le tracé. A 58 ans, et pour sa 14e participation, il sait également que la victoire prend son temps dans ce rallye-raid.