Dakar : Première victoire d'étape en 2021 pour Stéphane Peterhansel qui s'envole au classement général

Publié le , modifié le

Auteur·e : Jean-Baptiste Lautier
Stéphane Peterhansel (Mini) sur la neuvième étape du Dakar 2021

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Enfin ! Après avoir tourné autour de la victoire depuis le début de ce Dakar, Stéphane Peterhansel (Mini) s'est imposé ce mardi autour de Neom en Arabie Saoudite. Le Français a remporté sa 81e victoire dans l'épreuve devant les deux Toyota de Nasser Al-Attiyah (+12'00") et Giniel De Villiers (+12'19"). Il prend le large au général sur le pilote qatari et compte désormais 17'50" d'avance à trois étapes de l'arrivée à Jeddah.

“Monsieur Dakar” porte bien son nom.  Stéphane Peterhansel a signé sa 81e victoire sur le Dakar, sa 48e dans la catégorie auto. La péninsule arabique avait sorti ses plus beaux atours pour l'occasion, entre dunes de sable et plages idylliques sur les bords de la mer Rouge. Le pilote Mini a écrasé la course et relégué la concurrence à pas moins de douze minutes à l’arrivée, profitant d’une panne de son compatriote Mathieu Serradori (Century) longtemps à la lutte avec lui pour la victoire d’étape.

« Il y avait de tout. On s’en est rendu compte dès le début et on s’est calmé parce qu’il y avait beaucoup de cailloux et on voulait éviter les crevaisons, on s’est dit que ça n’allait pas tenir. On a rattrapé Carlos qui avait crevé, on a rattrapé Nasser qui avait crevé. On s’est appliqué à rouler propre. C’est une vraie journée Dakar où il n’y a pas uniquement la vitesse qui compte, il y a la gestion des kilomètres, de la mécanique, des pneus… un peu ce qu’on pouvait connaître en Afrique. Il faut avoir les nerfs solides, perdre du temps pour essayer d’en gagner plus tard. » a expliqué le vainqueur du jour qui a vu sa tactique s'avérer payante.

Un peu plus proche du titre

Le duel entre lui et son plus grand rival Nasser Al-Attiyah (Toyota, 2e, +12’00”) tourne pour le moment à son avantage. Le Qatari a connu quelques difficultés sur cette neuvième étape. Après des erreurs de parcours, le quadruple vainqueur en 2021 a été victime de crevaisons successives sur les passages plus caillouteux. Il voit le Français prendre le large au classement général avec 17’50” d’avance à trois étapes de l’arrivée vendredi à Jeddah. Le Sud-Africain Giniel De Villiers (Toyota, +12’19”) s’est, lui classé, sur la troisième marche du podium à Neom à un cheveu de son coéquipier.

Al-Attiyah s'est montré fataliste à l'arrivée mais a tenu à rester optimiste : « Nous avons eu trois crevaisons et nous n’avions plus de roue de secours donc nous avons calmé le rythme. Stéphane nous a dépassés, mais que pouvions nous faire ? Je ne suis pas déçu, c’est la vie, j’ai fait de mon mieux et je suis à l’arrivée. Mais tout reste possible »

Pour Carlos Sainz (Mini, +22’30”), la galère continue. Le tenant du titre a encore perdu beaucoup de temps ce jeudi. D’abord victime d’une crevaison, l’Espagnol a ensuite dû s'arrêter plus longuement pour tenter de réparer le système de frein de sa Mini. Son retard au classement général dépasse maintenant l’heure (1h02’25”) mais il conserve malgré tout la troisième place provisoire.

Aux portes du Top 10 au général, le duo Despres-Horn (Abu Dhabi Racing, 7e, +18’45”) a pris une belle septième place ce jeudi sur la boucle de Neom, au volant de leur Peugeot 3008 qui collecte des données dans le but de courir le Dakar sur un véhicule à hydrogène en 2023.