Nani Roma Mini essai
Nani Roma teste sa nouvelle Mini All 4 Racing | DR

Dakar - Mini face à Toyota et Peugeot

Publié le , modifié le

Mini, Toyota, SMG, Peugeot, Gordon, les prétendants sont nombreux au départ du Dakar 2015 à Buenos Aires (4-17 janvier). Chacun, avec des arguments différents, peut espérer tirer sa carte du jeu.

Mini, une famille en or

Vainqueur des trois dernières éditions du Dakar, l'équipe X-Raid est plus que jamais candidate à sa succession. Depuis le retrait de Volkswagen, les Mini All4 Racing (dont la base reste une BMW X3) perpétuent l'hégémonie allemande sur le rallye et ont pris l'habitude de régler la victoire en famille. Cela avait coûté un 12e succès à Stéphane Peterhansel en janvier dernier. Donné partant chez Peugeot, il avait dû se plier aux consignes d'équipes pour laisser gagner Nani Roma. "Monsieur Dakar" dans le baquet d'une Lionne, le Catalan devrait avoir le champ libre. Ça, c'était avant d'apprendre qu'un autre fauve était entré dans la bergerie de Sven Quandt. Sous la bannière du Qatar (conflit de sponsor énergétique oblige), Nasser Al-Attiyah n'est pas dans la structure officielle de Mini mais il disposera des toutes dernières évolutions de l'auto. En outre, il s'est attaché les services de l'ingénieur et du chef mécano de Peterhansel. Autant dire que sa monture n'aura rien à envier à celle de Roma. Ainsi équipé, Al-Attiyah aura carte blanche pour mener la course à sa guise. En cas de duel "fratricide" avec le Catalan, on peut compter sur le Qatari pour rester sourd aux consignes d'équipe. A noter que Guerlain Chicherit fera lui aussi partie de l'équipe avec le buggy qu'Al-Attiyah avait commencé à développer. Il conserve son moteur essence Corvette mais la bête a été profondément revue.

Toyota puissance dix

S'il n'a pas le soutien officiel de Toyota, le team Overdrive de Jean-Marc Fortin n'est pas qu'un simple arbitre capable de grappiller une ou deux étapes en fonction des opportunités. La structure du belge continue de faire progresser son Hilux et elle dispose avec Giniel de Villiers, Christian Lavieille et Marek Dabrowski de pilotes de standing. Le Sud-Africain, vainqueur du Dakar 2009, n'est pas le plus spectaculaire du plateau mais son expérience et sa régularité en font une référence du rallye-raid. Le 4x4 japonais (V8 essence) a progressé en suspension et en performance mais ces évolutions sont réservées à l'élite. Pour arriver à dix Hilux engagés cette année, Overdrive (comme Mini) propose son auto à des pilotes payants. Robby Gordon n'a pas ce problème puisque le bouillant américain ne construit qu'un buggy pour sa consommation personnelle. Comme toujours, c'est le flou total sur la conception de son nouveau bébé. En revanche, l'équipe SMG poursuit l'évolution de ses deux roues motrices. Il y a de grandes chances que le buggy varois soit en tête de sa catégorie à l'arrivée. Carlos Sainz parti chez Peugeot, Philippe Gache reprend lui-même du service avec l'ambition de faire une très belle place à l'arrivée. Les deux autres autos seront confiées au fidèle et fiable Ronan Chabot et à l'étoile montante de la discipline Adam Malysz.

Peugeot dans le grand b​ain

La plus grande inconnue du plateau des autos vient de l'équipe Peugeot dont c'est le grand retour sur l'épreuve. Après un lancement en grande pompe au mois d'avril, l'équipe de Bruno Famin peine à sortir la tête de l'eau tant les problèmes se sont accumulés en essais sur la 2008 DKR. Après avoir fait l'impasse sur le rallye du Maroc, le team a reconnu cet automne qu'il y avait un risque que la course tourne court. Les bruits alarmistes n'ont pas cessé en fin d'année à tel point que ce retour pourrait bien s'avérer un fiasco. Nous n'en sommes pas là et, quoi qu'il arrive, Peugeot va continuer d'acquérir de l'expérience pour le futur. Le contrat de Stéphane Peterhansel court sur trois ans. Le pilote, qui fera équipe avec Carlos Sainz et Cyril Despres, a avoué prendre du plaisir au volant. Il n'y a plus qu'à le prolonger le plus loin possible.

Xavier Richard @littletwitman