Dakar : Coma survole les motos

Dakar : Coma survole les motos

Publié le , modifié le

De la consécration de Marc Coma à la belle aventure Sherco, retour sur la course moto du Dakar 2014.

Du grand Coma, du petit Honda

Il rongeait son frein depuis un an. Convalescent, Marc Coma avait renoncé au Dakar 2013. Le champ libre, Cyril Despres n’avait pas laissé passer l’occasion de glaner sa 5e victoire. Douze mois plus tard, le Catalan a effacé ce mauvais souvenir. En vieux briscard, il a survolé la compétition moto. Grâce à sa science du rallye-raid, il a laissé Honda et Sherco s’essouffler avant de sortir de sa boîte. Coma remporte son 4e Dakar avec presque deux heures d’avance sur son coéquiper Jordi Viladoms. Ce succès est aussi celui de KTM qui a produit une nouvelle 450 quasiment sans défaut. Dans une course d’endurance comme le Dakar, c’est un avantage conséquent. Le constructeur japonais arrivait sur le Dakar avec la volonté affirmée de faire enfin chuter KTM, imbattable depuis 2001. Honda avait sorti l’artillerie lourde ! Barreda a tiré en premier et a remporté quatre sur les cinq étapes tombées dans l’escarcelle du HRC. Il a quasiment été le seul tant ses coéquipiers ont connu des problèmes mécaniques. Ces derniers ont fini par le rattraper. Deux jours sans, dont un dernier terrible entre El Salvador et La Serena, l’ont éjecté du podium final. Barreda a terminé à pied, épuisé et en pleurs… Très discret, Helder Rodrigues est finalement le mieux classé des Honda boys avec une 5e place au général. Loin, très loin du compte.

Sherco brille une semaine, Pain sur le podium

Si on a vu du Bleu sur ce Dakar 2014, c’est celui de Sherco ! La modeste équipe française a réussi son rallye en remportant deux étapes (Pedrero 4e étape et Duclos 6e étape, ndlr), autant que Yamaha, et en tutoyant le podium pendant une semaine. Grâce à une moto fiable et deux pilotes aguerris, Sherco a tiré son épingle du jeu. Sans une soupape récalcitrante lors de la 9e étape, Alain Duclos serait sans doute resté à la lutte pour le podium jusqu’au bout. C’est un autre Français qui va y monter. Régulier à défaut d’être flamboyant, Olivier Pain a gagné son pari en terminant à la 3e place. Il réussit la performance de devancer  de 35’’ Cyril Despres dont l’arrivée chez Yamaha n’a pas produit d’étincelle. Le tenant du titre a bien amené son expérience dans une équipe en devenir mais ses deux victoires d’étape (il a été déclassé dans la dernière spéciale) n’ont pas effacé les manques de Yamaha dont l’investissement n’est pas encore au niveau de KTM et Honda. Enfin, comment ne pas évoquer la course moto sans avoir une énorme pensée pour Eric Palante et ses proches. Le Belge est mort de sa passion entre Chilecito et Tucuman. Un destin brisé, broyé par un soleil accablant et l’incroyable rudesse de ce parcours pour titan.

Xavier Richard @littletwitman