Toby Price
Le pilote australien Toby Price | AFP - ERIC VARGIOLU - E.V.A. - DPPI

Dakar - Barreda et Price, les revanchards amochés

Publié le , modifié le

Premier Australien vainqueur du Dakar lors de l'édition 2016, Toby Price (KTM) revient avec une belle soif de revanche. Car la saison passée, il avait été contraint à l'abandon lors de la 4e étape, victime d'une fracture du fémur. L'Espagnol Joan Barreda Bort (Honda), 5e l'an dernier en gagnant 4 étapes, est également revanchard. En 2017, il avait été écopé d'une heure de pénalité, pour finir au général à 43 minutes du vainqueur Sunderland. Mais lui-aussi est passé par la case blessure en 2017.

Toby Price et Joan Barreda Bort ont tous deux de grandes ambitions à l'approche de ce Dakar 2018. Mais surtout une revanche à prendre sur l'édition 2017, eux qui ont été meurtris dans leur chair cette année. 

Premier Australien à avoir inscrit son nom au palmarès dans la catégorie moto en 2016, Toby Price s'était fait piéger dès la 4e étape en 2017. Une chute, une fracture du fémur, et un abandon alors qu'il avait participé à la valse des leaders der ce début de rallye, le pilote avait dit adieu à ses ambitions de doublé. Il aurait pu écrire une nouvelle page de l'histoire du rallye-raid, lui qui avait déjà gagné à sa 2e participation, ce que les Peterhansel, Desprès ou Coma n'avaient pas fait avant lui. 

En se présentant cette année au départ, c'est néanmoins une victoire. "J’ai été tenu éloigné de la moto durant près de 8 ou 9 mois", explique-t-il sur le site officiel. "Ce n’est clairement pas la préparation que n’importe quel pilote voudrait avoir en arrivant sur la plus grande course de l’année, mais je n’ai pas oublié comment on pilote une moto." Sans la moindre course à son actif en 2017, il saute un peu dans l'inconnue. Mais cela ne fait pas peur au pilote KTM.

Barreda en quête de son 1er podium, voire mieux

Joan Barreda Bort n'a pas connu le même parcours. Pourtant, il arrive sur ce Dakar 2018 dans une situation un pu comparable. Car il s'est fracturé les os du poignet après avoir remporté la Dasafio Ruta 40 et la Vegas to Reno en 2017. L'opération en septembre a bien failli connaître une réplique, car un os peinait à se consolider. "Si la douleur disparaît, je prendrai le départ avec plus de chances de pouvoir m'imposer", glisse-t-il. Une phrase qui en dit long sur son manque de certitudes.

Pourtant, l'Espagnol est un habitué du Dakar. Depuis 2011, il n'en a pas raté un seul. Et l'an dernier, il avait remporté quatre spéciales, soit une de moins que le vainqueur final Sunderland, mais 3 d'entre elles avaient été remportées en fin de rallye. Pénalisé d'une heure pour un ravitaillement hors-zone lors de la 5e étape, il avait fini la quinzaine à seulement 43 minutes du Britannique. Pour son 8e Dakar, il rêve de remporter enfin le classement général , au guidon de sa Honda.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze