Calors Sainz (Mini)
Calors Sainz (Mini) | AFP

Dakar 2020 : Troisième victoire d'étape pour Carlos Sainz (Mini), plus que jamais leader du général

Publié le , modifié le

Carlos Sainz est insubmersible. Longtemps dauphin d’un Nasser Al-Attiyah (Toyota) bien décidé à s’offrir sa première victoire d’étape, l’Espagnol a finalement décroché un troisième succès, dimanche, lors de la 7e spéciale disputée entre Ryad et Wadi Al Dawasi. Il a devancé le Qatarien d’un souffle (+2’12) et conforte donc son avance en tête du classement général. Stéphane Peterhansel (Mini) complète le podium (+2’53).

On ne change pas une équipe qui gagne. Une fois de plus, le trio des leaders Carlos Sainz, Stéphane Peterhansel (Mini) et Nasser Al-Attiyah a animé la spéciale du jour, la plus longue de cette 42e édition (546km). Toujours aux avant-postes depuis le départ de la course à Jeddah, les trois derniers vainqueurs de l’épreuve ont imposé un rythme infernal à leurs concurrents ce dimanche. Mais c’est bien l’Espagnol qui a fait la différence en fin de parcours pour s’offrir un troisième succès en sept jours.

à voir aussi Dakar 2020 : Kevin Benavides (Honda) finalement vainqueur de la 7e étape marquée par le décès de Paulo Gonçalves Dakar 2020 : Kevin Benavides (Honda) finalement vainqueur de la 7e étape marquée par le décès de Paulo Gonçalves

Toutes les circonstances semblaient pourtant à la faveur d’un Nasser Al-Attiyah affamé, toujours en quête d’une première victoire d’étape cette année. "Rivaliser avec Nasser dans les dunes sera compliqué" avait d’ailleurs prévenu Stéphane Peterhansel, conscient qu’il lui sera désormais difficile d’aller chercher les deux premières places du général (+16’43).

Al-Attiyah en quête d'un premier succès

Le Franc-Comtois avait vu juste, puisque le Qatarien a rapidement pris les commandes de la spéciale du jour dans ses traces. Obligé d’ouvrir la voie sur un terrain varié, alternance de dunes et de petits cordons en hors-piste, Peterhansel voulait d’abord limiter la casse, et prendre le moins de retard possible à l’arrivée. Une mission rendue compliquée par l’allure effrénée à laquelle Nasser Al-Attiyah a englouti la première moitié du parcours. Après 161km, le tenant du titre menait logiquement la danse mais le Français - treize fois vainqueur du Dakar  s’accrochait brillamment à 22 secondes.

C’était avant que Carlos Sainz (Mini) ne sonne la révolte. Dans une position idéale au départ, El Matador a refait son retard sur la deuxième partie du tracé. Il a repris la tête à Nasser au quatrième intermédiaire et comptait à peine 18 secondes d’avance sur son dauphin au général à ce moment-là. Une nouvelle illustration de l'écart infiniment réduit entre le niveau des leaders cette année. Repoussé à 1’29, Stéphane Peterhansel a reculé petit à petit au profit de son coéquipier chez Mini, qui s’est détaché en fin de spéciale.

10 minutes d'avance au général

Plus performant mais surtout plus rapide, Sainz a creusé l’écart après 400 kilomètres et porté son avance à 1’45 sur son premier poursuivant. Les espoirs de victoire s’envolaient pour le Qatarien, qui n’a pas démérité dans cette spéciale difficile marquée par le décès d’un concurrent en catégorie moto.

L’occasion était trop belle pour Carlos Sainz. Le vainqueur des éditions 2010 et 2018 signe un joli triplé et accroît son avance en tête de la course. Il possède désormais 10 minutes d’avance sur Al-Attiyah au général et 19 minutes sur Peterhansel. On notera aussi la nouvelle belle performance de Fernando Alonso et Marc Coma, qui terminent cette étape en sixième position. La route reprendra dès lundi avec une spéciale autour de Wadi Al Dawasir, avant de poursuivre vers l'Est et l'Empty Quarter.