Dakar 2020 : Soucis de navigation et crevaison, Carlos Sainz (Mini) a perdu gros sur la route d'Haradh

Publié le , modifié le

Auteur·e : Emilien Diaz
Carlos Sainz
Carlos Sainz | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Victime d’une crevaison après s’être perdu en première partie de spéciale, Carlos Sainz (Mini) a connu une journée difficile sur la route d’Haradh. Le leader du classement général n’a plus que 24 secondes d’avance sur son dauphin Nasser Al-Attiyah (Toyota), alors que Stéphane Peterhansel (Mini) est en embuscade à 6’38.

Les jours se suivent en ne se ressemblent pas pour Carlos Sainz. Auteur d’un sans-faute depuis le départ à Jeddah avec trois victoires lors des sept premières spéciales, l’Espagnol de 57 ans accuse le coup depuis dimanche. Piégé avec les autres leaders par l’absence de traces lundi, il a perdu une grosse partie de son avance sur la route d’Haradh. Nasser Al-Attyah (Toyota) et Stéphane Peterhansel se sont battus seuls pour la victoire, qui est finalement revenue au Français pour 15 petites secondes.

à voir aussi Dakar 2020 : Pour 15 secondes, Stéphane Peterhansel remporte un duel au sommet face à Nasser Al-Attiyah Dakar 2020 : Pour 15 secondes, Stéphane Peterhansel remporte un duel au sommet face à Nasser Al-Attiyah

 "Nous avons perdu notre chemin dans la première partie de la spéciale et ça nous a coûté 5 minutes " a regretté le Castillan à l’arrivée, "Ce n’est vraiment pas une bonne journée pour nous". Pour ne rien arranger, le leader du général a dû ajouter un ennui mécanique à ses problèmes de navigation. "Je ne sais pas exactement ce qui s’est passé après. Ce n’était pas vraiment une crevaison mais notre pneu est parti en lambeaux" a expliqué Sainz, interrogé sur son ralentissement après le 400e kilomètre.

"Les trois peuvent gagner"

Épargné jusque-là par les ennuis mécaniques malgré une crevaison sans conséquence lors de la 5e étape, l’Espagnol double vainqueur du Dakar n’est plus dans la meilleure posture. Alors qu’il comptait plus de 7 minutes d’avance sur Nasser Al-Attiyah à la veille de la journée de repos, samedi, il a vu cette marge fondre comme neige au soleil.

"L’objectif était de reprendre du temps à Carlos (Sainz) donc je suis plutôt content de notre boulot" s’est félicité le Qatarien, passé à 15 secondes d’une première victoire cette année. "Le buggy a été très rapide. On a essayé de faire de notre mieux. Demain et après-demain ce sera encore difficile pour tout le monde. Stéphane ouvrira la route pour l’étape marathon donc c’est plutôt bien pour nous. Nos trois voitures sont très proches et peuvent toutes gagner le Dakar" a poursuivi le tenant du titre.

L'Empty Quarter décisif ?

En effet, Stéphane Peterhansel ne sera pas dans la position la plus avantageuse au prochain départ. Vainqueur de sa troisième spéciale ce mardi, le Franc-Comtois devra ouvrir la 10e spéciale, qui verra l’entrée des pilotes dans l’Empty Quarter, la plus grande étendue de sable au monde. Reprendre du temps à ses rivaux ne sera donc vraiment pas simple.

"Face à un homme du désert comme Nasser, je pense que ça va être compliqué" a reconnu "Monsieur Dakar" à notre micro il y a quelques jours, "Carlos a aussi une grosse expérience dans les dunes donc faire la différence sur ce genre de terrain ne sera pas simple. Mais je suis vraiment curieux d’aller là-bas et de voir à quoi ressemble cet Empty Quarter" a avoué Peterhansel. La prochaine étape promet donc d’être passionnante. Rien n’est encore joué.