Pablo Quintanilla
Pablo Quintanilla | AFP

Dakar 2020 : Pablo Quintanilla sonne la révolte chez les motos et s'offre une première victoire d'étape

Publié le , modifié le

Pablo Quintanilla sonne la révolte. Dauphin de Ricky Brabec au classement général avant l’annulation de la 8e étape pour les motos et les quads, le Chilien de 33 ans a remporté la spéciale de mardi, disputée entre Wadi Al Dawasir et Haradh. Il s’est imposé devant Toby Price (KTM) et Joan Barreda (Honda). Son premier succès sur cette 42e édition. Quatrième de l'étape, Brabec reste largement en tête au général.

Il fallait bien repartir. 48 heures après la chute mortelle de Paulo Gonçalves qui a entraîné l’annulation de la 8e spéciale, la caravane des motos reprenait la route en direction de l’Est ce mardi. Alors que Ricky Brabec (Honda) a longtemps fait la course en tête, c’est son dauphin au général Pablo Quintanilla (Husqvarna) qui s’est imposé. Le Chilien décroche ainsi son quatrième succès d’étape sur le Dakar, le premier cette année. Il a profité des traces de l’ouvreur du jour Kevin Benavides (Honda) pour l’emporter de 1'54 devant le tenant du titre Toby Price (KTM) et l'Espagnol Joan Barreda (Honda). 4e à 3'55, Brabec reste un leader solide au général.

à voir aussi Dakar 2020 : Pourquoi l'absence des motos a bouleversé la 8e étape Dakar 2020 : Pourquoi l'absence des motos a bouleversé la 8e étape

La stratégie de l’écurie Honda semblait pourtant parfaite, presque millimétrée sur cette 9e spéciale longue de 477 kilomètres entre les villes de Wadi Al Dawasir et Haradh, près de la frontière saoudienne avec le Qatar. Elle a bien failli fonctionner. Obligé de s’élancer en premier après avoir été finalement crédité du meilleur temps vendredi, Kevin Benavides a ouvert la voie pour les leaders, devant Joan Barreda (Honda) et Matthias Walkner (KTM).

Brabec y a cru

Tous ont évidemment profité des traces du pilote argentin en début de spéciale, mais c’est Ricky Brabec qui s’est montré le plus rapide. Cinquième au départ – après avoir déjà englouti 450km de liaison au petit matin – le leader du général a rapidement pris la mesure du terrain, en majorité dur avec quelques portions cassantes. Alors que le tenant du titre Toby Price (KTM) reprenait du poil de la bête après une semaine difficile – l’Australien était devant au 50e km – c’est bien son homologue, chef de file de la firme Honda, qui est arrivé à la neutralisation avec le meilleur temps.

En tête après 100km, bien décidé à porter un nouveau coup à ses poursuivants, Brabec a profité de la chute sans gravité de Joan Barreda, cinquième du général, pour accroître son avance. À mi-parcours, le pilote californien devançait logiquement Pablo Quintanilla (Husqvarana) d’1’14 et donc Toby Price de 1’34. En bonne position dans les traces des Honda, le Chilien a alors tout tenté pour revenir.

Deuxième du général à 24 minutes, il lui fallait impérativement reprendre du temps à Brabec ce mardi pour rester dans la course à la victoire finale. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le champion du monde cross-country, malheureux 4e de l’édition 2019 après avoir chuté lors de la dernière étape, a offert une merveilleuse opposition à l’Américain.

Ricky Brabec
Ricky Brabec © AFP

Il a même pris les commandes de la course après 245km, pour cinq petites secondes seulement. "Je veux essayer de faire partie des attaquants dès le premier jour et être infatigable dans mon objectif de monter sur le podium" disait Quintanilla avant le départ de Jeddah il y a une semaine.

4e victoire sur le Dakar pour Quintanilla

Le Chilien a fait honneur à son discours en passant à l’offensive sur cette spéciale, qui nous a offert l’un des plus beaux combats jusqu’à présent. C’est bien simple, après 250km, les quatre hommes de tête n’étaient séparés que de 32 secondes. Pablo Quintanilla devant le duo de Honda Brabec-Barreda et un Toby Price toujours à l’affut pouvaient alors croire en la victoire. Bien remonté après sa chute, l’Espagnol a réalisé une deuxième moitié de spéciale assez exceptionnelle, mais insuffisante pour l’emporter.

Car c’est bien le Chilien qui a franchi la ligne d’arrivée avec le meilleur temps en 3h30 min et 33 secondes. Il a devancé de peu ses poursuivants et s’offre un 4e succès d’étape en rallye-raid. Déjà vainqueur d’une spéciale l’an dernier, Quintanilla a vu sa régularité récompensée et reprend un tout petit peu de temps à Ricky Brabec, finalement 4e du jour, au général. Le pilote Husqvarna est désormais pointé à vingt minutes au général.