Dakar 2020 : Giniel De Villiers (Toyota) remporte in extremis la deuxième étape en catégorie auto

Publié le , modifié le

Auteur·e : Julia Solans
Giniel De Villiers Dakar 2020

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Après une première étape surprise remportée par le Lituanien Vaidotas Zala, c'est une légende du Dakar qui a pris la deuxième étape en main. Giniel De Villiers, vainqueur de l'édition 2009, a profité d'une erreur de Yazeed Al Rajhi pour s'envoler vers la victoire. Cette spéciale de 367 km entre Al Wajh et Neom a fait grincer quelques dents. Notamment celles de Stéphane Peterhansel et Fernando Alonso, victimes de crevaisons. La surprise du jour est signée Mathieu Serradori, qui termine à la 4e place.

Giniel De Villiers aux commandes

Le Sud-africain, vainqueur du Dakar 2009 au volant d'une Volkswagen, prévient la concurrence : il fait partie des favoris et compte bien gagner cette première édition saoudienne. En partant 14e de cette deuxième étape, le pilote Toyota a tranquillement profité des tracés formés par les précédents passages pour condure pied au plancher. Alors que Yazeed Al Rajhi (Toyota) a principalement dominé cette spéciale, Giniel De Villiers a profité d'une grosse erreur pour lui voler la vedette. Une victoire d'autant plus remarquable puisque le pilote de 47 ans compte une avance de 3'57 sur Orlando Terranova (Mini), deuxième. Une place en or pour l'Argentin qui lui permet de prendre la tête du classement général devant le grand Carlos Sainz.

Sale journée pour Peterhansel, Al-Attiyah et Alonso

Cette deuxième étape n'aura pas été du gâteau pour ces deux champions. Pour "Monsieur Dakar", la chance n'est définitivement pas de son côté. Après avoir changé de copilote seulement quelques jours avant le coup d'envoi du Dakar 2020, Stéphane Peterhansel (Mini) rencontre déjà des problèmes techniques. A mi-parcours, le Français est victime d'une crevaison qui lui fait perdre de précieuses minutes. Mais le pire reste à venir. A seulement 5km de l'arrivée, la Mini du pilote tombe en panne et lui fait perdre plus de 10 minutes. Résultat : Peterhansel et son copilote Fiuza ont 18'18 de retard sur le vainqueur de l'étape. 

Mais la légende du rallye n'est pas le seul à avoir connu une journée sombre. Le tenant du titre, Nasser Al-Attiyah (Toyota), a perdu beaucoup de temps au km 214. Après être longtemps resté à 3'58 de Yazeed Al Rajhi alors premier, le Qatari 10 minutes de plus. Il s'offre finalement une 5e place en 3h49 et 06s. 

Le plus malchanceux reste encore à venir. Fernando Alonso (Toyota), le petit "nouveau" de ce Dakar 2020 n'a pas eu l'occasion de montrer ses talents de pilote lors de cette étape pour rejoindre Neom. Victime d'une roue arrachée au km 160, le double champion de Formule 1 et son copilote Marc Coma se sont retrouvés coincés au milieu du paysage désertique saoudien pendant.... plus de 2h ! Après une belle 11e place lors de la première étape dimanche, l'Espagnol voit ses chances de victoire partir en fumée. 

Fernando Alonso au volant de sa Toyota Hilux
Fernando Alonso au volant de sa Toyota Hilux © FLORENT GOODEN / DPPI Media / DPPI

La surprise Serradori

S'il y a bien une personne que l'on attendait pas à la 4e place c'est Mathieu Serradori (Century). Grâce aux nombreux problèmes mécaniques rencontrés par les participants expérimentés, le Français s'est tranquillement installé au pied du podium avec 09'39 d'écart sur le leader. Une performance qui est loin d'être anodine puisqu'elle permet au pilote de se hisser provisoirement à la 4e place du classement général. Pour son deuxième Dakar en auto, le Tricolore peut être fier de son temps (abandon à la 4e étape lors du Dakar 2019).