Fernando Alonso
Fernando Alonso | AFP

Dakar 2020 : Fernando Alonso a fait des tonneaux et roulé plus de 100km sans pare-brise

Publié le , modifié le

Grosse frayeur pour Fernando Alonso. Seulement 55e de la spéciale du jour, raccourcie à cause des mauvaises conditions météorologiques, l’Espagnol a roulé sans pare-brise pendant plus de 100km après avoir fait des tonneaux au sortir d’une dune. Il s’en sort indemne mais concède plus d’une heure au classement général.

L’Empty Quarter n’a pas été tendre avec Fernando Alonso. Surprenant 10e du classement général au soir de la 9e étape alors qu’il dispute cette année son premier Dakar, le double champion du monde de Formule 1 a goûté au sable du désert saoudien ce mardi. A l’attaque dès les premier kilomètres de la spéciale marathon entre Haradh et Shubaytah (534 km), l’Espagnol a mal négocié le franchissement d’une dune et envoyé sa Toyota Hilux  dans le décor.

à voir aussi Dakar 2020 : La 10e étape arrêtée en raison de mauvaises conditions météorologiques Dakar 2020 : La 10e étape arrêtée en raison de mauvaises conditions météorologiques

Résultat, deux tonneaux impressionnants et un pare-brise sérieusement endommagé. Il en fallait bien plus pour ralentir le double vainqueur des 24 Heures du Mans, reparti comme si de rien n’était sur les dunes de l'Empty Quarter, la plus vaste étendue de sable interrompue au monde avec 650 000 km² de désert. 

55e de l'étape du jour

Malheureusement pour lui, cette mésaventure a eu des conséquences tout au long de l’étape, raccourcie en raison des vents violents. Obligé de s’arrêter de longues minutes pour attendre le camion d’assistance, l’ancien pilote de F1 a finalement décidé de retirer son pare-brise pour pouvoir repartir.

Fernando Alonso et son copilote Marc Coma ont donc roulé jusqu’à l’interruption de la spéciale sans protection, et logiquement perdu plus d’une heure sur leur compatriote Carlos Sainz (Mini), vainqueur du jour. L’état des suspensions de la voiture inquiète sérieusement l’équipage Toyota, d’autant que comme le stipule le règlement, l’assistance est interdite à l’arrivée au bivouac lors d’une étape marathon. La seule alternative étant l’entraide entre concurrents.

Relégué au-delà du Top 10, le novice en rallye-raid va donc devoir trouver un pare-brise rapidement avant de repartir jeudi, en direction d’Haradh. Cette mésaventure témoigne tout de même du courage et de la détermination de l’Espagnol, bien décidé à terminer son premier Dakar.