Dakar 2020 : Décès du pilote portugais Paulo Gonçalves après une chute

Publié le , modifié le

Auteur·e : Emilien Diaz
Paulo Gonçalvez
Paulo Gonçalvez | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Dakar endeuillé. L’organisation de l’épreuve reine du rallye-raid a annoncé ce dimanche matin le décès du pilote portugais Paulo Gonçalves (Hero Motorsport), au départ de la 7e étape en catégorie moto. Victime d’une chute au km 276, il n’a pu être réanimé après avoir été héliporté vers l’hôpital de Layla. Gonçalves était âgé de 40 ans et disputait son 13e Dakar cette année.

C’est une bien triste journée pour le Dakar, qui doit faire face à la mort d’un des pilotes emblématiques de l’épreuve en catégorie moto. Alors qu’il avait pris part ce matin au départ de la 7e spéciale disputée entre Ryad et Wadi Al Dawasir, Paulo Gonçalves a fait une chute mortelle au km 276.

Le pilote de la firme Hero Motorsports, qui disputait cette année son 13e rallye-raid, a "chuté dans le secteur sélectif du jour" a annoncé l’organisation, qui n’a pas donné de précisions sur les circonstances de l’accident. En arrêt cardio-respiratoire lors de l’arrivée de l’hélicoptère médical, le Portugais n’a malheureusement pu être réanimé lors de son transfert vers l’hôpital de Layla, où le décès a été constaté.

Une grande expérience du Dakar

Paulo Gonçalves était un habitué de l’épreuve, qu’il a disputé quasiment tous les ans depuis ses débuts sur le Dakar en 2006. Rarement victorieux mais souvent placé, il a bouclé la course quatre fois dans le Top 10, accrochant une très belle deuxième place derrière son compatriote Marc Coma en 2015. Champion du monde de rallye tout terrain en 2013, il était l’un des rares pilotes à avoir connu le Dakar en Afrique, en Amérique du Sud et donc en Arabie Saoudite.

Il avait déjà été victime d’une chute l’an dernier lors de la cinquième étape, contraint d’abandonner. Il occupait ce dimanche matin la 46e place du classement général avant de s'élancer sur les dunes massives du désert saoudien. "Paulo était quelqu'un qui était là depuis bien longtemps, qu'on connaissait tous, qui était quand même une figure du rallye. Donc c'est des moments très difficiles" a déclaré le directeur de la course David Castera. "On sait tous que la moto, c'est dangereux. Vous partez le matin, vous avez la boule au ventre parfois parce vous n'avez pas de protection, vous n'avez rien. Ils le savent tous ces pilotes-là" a-t-il ajouté en marge de la 7e spéciale. 

L’organisation de la course a présenté ses condoléances à la famille, aux proches du pilote ainsi qu’à toute la caravane du Dakar, endeuillée. C'est le premier accident mortel sur l'épreuve depuis la mort du Polonais Michal Hernik en 2015, lors de la 3e étape disputée entre San Juan et Chilecito (Argentine). Plus globalement, depuis la création du rallye, en 1979, 25 concurrents ont trouvé la mort, dont 20 motards.