Dakar 2020 : Carlos Sainz vainqueur du général pour la 3e fois en auto

Publié le , modifié le

Auteur·e : France tv sport
Carlos Sainz (Mini) porté en triomphe après sa victoire au classement général du Dakar 2020
Carlos Sainz (Mini) porté en triomphe après sa victoire au classement général du Dakar 2020 | FRANCK FIFE / AFP

Carlos Sainz est de retour sur le toit du Dakar. Le pilote espagnol a remporté l'épreuve vendredi au terme de la dernière étape à Qiddiyah, en Arabie Saoudite. Le succès du jour de Nasser Al-Attiyah n'y a rien changé, l'ancien champion du monde de WRC a devancé son adversaire qatarien (Toyota) de 6'21" et le Français Stéphane Peterhansel (Mini) de 9'58". Après 2010 et 2018, "El Matador" rejoint plusieurs légendes du Dakar avec cette troisième victoire, laissant seuls Peterhansel et Ari Vatanen avec un palmarès mieux garni en autos.

Caros Sainz a tenu bon. Impressionnant de régularité, l’Espagnol a logiquement décroché la victoire finale du Dakar 2020 en auto vendredi, ce en dépit de sa sixième place lors de l’étape du jour. Au volant de sa Mini, le pilote a devancé au général ses deux principaux rivaux Nasser Al-Attiyah – vainqueur de la 12e et ultime étape – et Stéphane Peterhansel, auteurs d’un nouveau podium. C’est la troisième victoire au général de Sainz, revenant à la hauteur de Al-Attiyah dans les annales du Dakar, à une distance raisonnable du recordman Peterhansel.

Sainz n’a pas eu besoin de forcer son talent ou d’aller décrocher une cinquième victoire d’étape dans cette édition. En contrôle, El Matador s’est chargé d’éviter toute mauvaise surprise et autre casse mécanique, bien aidé par une étape amputée de près de la moitié de sa longueur pour des travaux. Des joies du Dakar dont Carlos Sainz a démontré une nouvelle fois qu’il en était un fin spécialiste pour garder à distance son duo de rivaux.

Sainz n'a pas laissé le suspense s'installer

Nasser Al-Attiyah a pourtant fait le boulot, en se montrant à l’attaque dès les premiers instants de cette journée tronquée. Le Qatarien a pris tous les risques et en a été récompensé par une victoire d’étape aussi symbolique que nécessaire pour préserver sa deuxième place, qu’il ne tenait au départ du jour que pour six petites secondes. Derrière, Peterhansel n’a pas su en profiter. Le Français a vu Al-Attiyah le reprendre dès le premier intermédiaire, mettant fin à ses rêves de succès, et même à la place de dauphin. Il se consolera tout de même avec un 17e podium, toutes catégories confondues.

En observateur, Sainz a laissé la bataille se jouer derrière lui pour ne se faire aucune frayeur et voir l’arrivée sous les applaudissements respectueux du vainqueur du jour. Pour l’ancien champion du monde WRC, cette édition 2020 en Arabie Saoudite s’est conjuguée au plus-que-parfait. Le pilote Mini a pris le pouvoir dès la troisième étape pour ne plus jamais le lâcher. "Je me sens super heureux, il y a eu beaucoup d’efforts, a réagi le vainqueur. Pour l’entraînement physique, pour la préparation du véhicule avec l’équipe, nous avons beaucoup travaillé. Nous avons gagné ce Dakar à partir du premier jour, nous n’avons pas cessé d’attaquer à fond tout au long." Sainz a su jouer un double jeu à la perfection, tantôt lièvre pour assommer la concurrence en remportant trois des sept premières étapes, puis en se muant en tortue pour mieux assurer son matelas d’avance.

Vitesse et gestion, les deux principaux ingrédients pour marquer l’histoire du Dakar. Avec ce troisième sacre, l’Espagnol de 57 ans prend un peu plus racine dans les annales du rallye-raid. En autos, seuls Peterhansel (7 victoires) et la légende Ari Vatanen (4 victoires) le devancent désormais au palmarès. Il rejoint également plusieurs grands pilotes comme René Metge, Pierre Lartigue et… Nasser Al-Attiyah, également vainqueurs à trois reprises. Après le succès sportif de cette première édition 2020 sur le sol saoudien, l’édition 2021 promet déjà une sacrée bataille.

France tv sport francetvsport