Dakar 2020 : Carlos Sainz (Mini) et Joan Barreda (Honda) remportent la 10e étape

Publié le , modifié le

Auteur·e : Emilien Diaz
Carlos Sainz
Carlos Sainz | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Stoppée au 345e km en raison des conditions météorologiques compliquées, la 10e spéciale du Dakar a déjà rendu son verdict. Les chronomètres figés après la décision d’arrêter la course, c’est Carlos Sainz (Mini) qui l’emporte chez les autos. Une victoire qui permet au Castillan de reprendre une avance importante sur Nasser Al-Attiyah (Toyota) au général. En moto, l’Espagnol Joan Barreda (Honda) décroche quant à lui son premier succès avec une minute d’avance sur son coéquipier Ricky Brabec, qui conforte son statut de leader.

Cette 42e édition du Dakar n’est décidément pas comme les autres. Après l’annulation de la 8e étape pour les motos et les quads suite au décès de Paulo Gonçalves, la 10e spéciale disputée mardi entre Haradh et Shubaytah a été stoppée au 345e km pour l’ensemble des concurrents. La direction de course n’a pas voulu prendre de risque face aux conditions météoritiques qui ont obligé plusieurs pilotes à abandonner. La victoire est finalement revenue à Carlos Sainz (Mini) en catégorie auto et à son compatriote Joan Barreda (Honda) en moto.

à voir aussi Dakar 2020 : La 10e étape arrêtée en raison de mauvaises conditions météorologiques Dakar 2020 : La 10e étape arrêtée en raison de mauvaises conditions météorologiques

Parti en bonne position dans les traces de ses rivaux, il a été l’un de seuls à assurer la navigation, et peut remercier chaleureusement son copilote Lucas Cruz. "Nous nous sommes complètement perdus avec Nasser (Al-Attiyah)" a réagi Stéphane Peterhansel, finalement 10e de la spéciale après son interruption, "Nous avons perdu beaucoup de temps avant la neutralisation. Certains sont arrivés au bon moment quand nous avions retrouvé la piste et ont gagné beaucoup de temps. Au final, c’est une bonne étape pour mon coéquipier Carlos (Sainz) qui a pris du temps à Nasser" a poursuivi Monsieur Dakar, en bon lieutenant de son coéquipier.

Le gros coup de Sainz

Le Français peut tout de même avoir des regrets. Revenu à 6 minutes du Castillan après sa victoire à Haradh, il en a perdu 11 sur la route de Shubaytah, et aurait peut-être perdu encore davantage si la direction de l’épreuve n’avait pas stoppée les concurrents après 345km. Mini fait tout de même une très bonne opération avec la nouvelle victoire de Sainz, puisque Nasser a concédé 17 minutes à l’arrivée. Seulement 17e de l’étape, le Qatarien toujours 2e du général, prend un sérieux coup sur la tête et va très certainement revoir ses ambitions de victoire finale.

L’arrivée des équipages dans l’Empty Quarter n’a donc pas épargné les leaders, et eu de grosses conséquences pour les outsiders. Outre les abandons, nombreux, Nani Roma (Borgward) a dû s’arrêter et Fernando Alonso (Toyota) a perdu plus d’une heure après avoir roulé durant la moitié de la spéciale sans pare-brise. Le double-champion du monde de Formule 1 a fait plusieurs tonneaux au sortir d'une dune et a sérieusement endommagé sa Toyota. Il recule de 7 places au classement général.

Fernando Alonso et Marc Coma
Fernando Alonso et Marc Coma © AFP

Bien inspiré par le leader des autos, Ricky Brabec (Honda) a lui aussi profité de l’arrêt de la course pour consolider son avance en tête du général chez les motos. Deuxième de l’étape derrière son coéquipier Joan Barreda, l’Américain a profité de la journée très compliquée de Pablo Quintanilla (Husqvarna) – vainqueur mardi – pour accroître son avance.

Hécatombe chez les motos

Parfait dans la navigation, le double-vainqueur d’étape sur cette 42e édition a suivi les traces d’un Barreda en grande forme depuis la journée de repos. Privé de sa première victoire lors de la 7e spéciale – finalement revenue à Kevin Benavides (Honda) qui s’était arrêté auprès du regretté Paulo Gonçalves – l’Espagnol de 36 ans a pris les commandes très tôt dans l’Empty Quarter. Après 113km, il devançait la KTM de Matthias Walkner de 42 secondes.

Les protagonistes de la veille ont eu énormément de mal à ouvrir la piste. Pablo Quintanilla et Kevin Benavides ont été lâchés assez vite avant que l’Argentin ne remonte petit à petit pour s’offrir un nouveau podium (3e du jour à 2’31 de Barreda). Beaucoup de pilotes ont souffert des conditions et les abandons successifs ont finalement conduit la direction de course à stopper l’étape au 345ekm. La blessure de Javier Gomez - victime d’une fracture du fémur – a conclu une véritable hécatombe de chutes entre les dunes. 

Joan Barreda (Honda) offre finalement une nouvelle victoire à Honda. La firme japonaise assoit un peu plus sa domination sur KTM cette année. L’Espagnol a parfaitement emmené son leader et Ricky Brabec en profite pour reprendre du temps à Quintanilla, seulement 7e de la spéciale (+5'58à). Le Chilien est désormais pointé à plus de 25 minutes au général. Sauf énorme surprise, Brabec se dirige donc vers sa première victoire sur le Dakar, mais devra assurer lors de deux dernières spéciales difficiles.