Le pilote moto Français Antoine Meo (KTM), lors du Dakar 2016.
Le pilote français, Antoine Meo (KTM), surprend tout le monde pour son premier Rallye Raid en carrière. | ERIC VARGIOLU / E.V.A. / DPPI media

Dakar 2016 : Antoine Meo s’installe dans la cour des grands

Publié le , modifié le

En novembre nous avions rencontré Antoine Meo au salon du deux roues. Il disait ne pas savoir à quoi s’attendre sur le Dakar. A un podium surement pas.

Motorhome climatisé, moto passée en revue plusieurs fois, KTM prend soin de son poulain. Avec le leader Toby Price et Antoine Meo, la firme autrichienne tient les dignes successeurs de Cyril Despres et Marc Coma. L’immense passé d’enduriste (5 fois champion du monde, ndlr) de Meo jouait en sa faveur lors des spéciales techniques. « Meo, c’est de loin le plus talentueux du plateau, lâche sans hésiter le pilote de buggy Eric Bernard et manager des teams KTM/Husqvarna le reste de l’année. Il sait tout faire. » Des flèches, on en a vu passer sur le Dakar. Beaucoup sont restés plantés dans le sable ou ont passé leur chemin.

Talent précoce

Après avoir bouclé quasiment une édition, Antoine Meo a prouvé qu’il pouvait être l’avenir français du rallye-raid. Malgré quelques erreurs de jeunesse comme la perte de son carton à donner aux CP, le voilà qui déboule pleine balle sur le podium des motos. Il arrive au meilleur moment alors que Rosario est en vue. Tout est arrivé si vite qu’il ne semble pas y croire lui-même. « Je suis satisfait parce que pour ma première année, j’ai réussi à accrocher la 3ème place ! C’est un truc de fou, j’en espérais pas tant, avoue-t-il. C’est quand même incroyable. »

Prudent en début de rallye, Meo assimile assez vite les subtilités du roadbook et la navigation au cap. Pour arriver en premier jusqu’à San Juan, il a grillé la politesse à tout le peloton. «  C’était compliqué en navigation aujourd’hui, et ils ont tous fait des erreurs, j’en ai profité. Une belle journée. Pourtant à un moment j’étais seul, ça allait beaucoup trop vite pour moi et j’ai raté une case de road-book. Je suis revenu sur le point précédent, pour me rendre compte que j’étais déjà sur la bonne piste. C’est rageant, mais c’est comme ça que j’apprends. »

Vidéo - Le résumé de la 11e étape : Doublé pour Antoine Meo !

Deux jours à tenir et il aura son podium en poche. Gérer une manche d’enduro, il connaît. Le faire sur plus de 1000 km est encore une sacrée inconnue. « Je ne sais pas encore ce que je vais faire pour les deux dernières étapes, explique le motard de Digne. C’est ma première année, je suis là pour apprendre, donc on va voir ce qu’on décide ce soir. C’est compliqué car je vais devoir ouvrir la route. L’étape va encore être folle mais il n’y aura pas de miracle. En tout cas je vais donner mon max et on verra. » 1’33’’ d’avance sur Quintanilla, ça laisse une toute petite marge.