Le Daegu Stadium
La mascotte des Mondiaux 2011 devant le Daegu Stadium | AFP

Daegu dans les starting-blocks

Publié le , modifié le

A quelques heures du début des treizièmes championnats du Monde d’athlétisme, la Corée du Sud et plus particulièrement la ville de Daegu sont prêtes à accueillir cet événement planétaire et à voir en découdre sur la piste les Bolt, Lemaitre, Lavillenie ou autres Allyson Felix. Ambiance…

Après 10 000 kilomètres, onze heures d’avion, et sept heures de décalage horaire, bienvenu au pays du matin calme. La Corée du Sud, dont la croissance économique ne cesse de progresser sur les quatre dernières décennies, possède ce surnom en raison de la « beauté et de la sérénité de ses paysages ». Une image vite confirmée quand on relie en bus les 300 kilomètres de Séoul, la Capitale, à Daegu. Cinq heures de route où s’entremêlent paysages côtiers, verdures et fonds montagneux. Daegu est ainsi la troisième ville de Corée, après Séoul et Busan, avec une population de plus de 2,5 millions d’habitants. Une ville fortement influencée par le bouddhisme, comme en témoigne certains de ses temples et de ses académies, et qui est devenue un centre de l’industrie textile.

En arrivant à Daegu, les nombreuses banderoles dans toute la ville vous font rappeler que les Mondiaux vont bientôt débuter, même si ce n’est pas non plus l’hystérie dans les rues. Sous un temps indécis et dans une chaleure pesante, la vie bat à son habitude d’un quartier à un autre. On peut y découvrir des quartiers aux décors contrastés où se mélangent tours en béton et rues populaires, avec ses rangées de restaurants, friperies et autres magasins d’alimentation. Des habitants discrets, qui vous ne dévisagent pas, toujours sourire aux lèvres quand vous les abordez, seulement frustrés de ne pas pouvoir vous comprendre. Ici l’Anglais, on ne connaît pas ou à peine…

Mais à la sortie de la ville, au Daegu Stadium, l’univers est différent. Tout est prêt ! Ici on a l’habitude dans cet antre de recevoir de grands événements. Ce stade, qui a déjà reçu la Coupe du Monde de football 2002, accueille tous les ans la réunion des Pré-Championnats de Daegu, la seule compétition de niveau international en Corée. Avec son toit cambré en téflon, inspiré des toits de chaume des maisons coréennes traditionnelles, le Stadium est posé au milieu de verdures et entouré de montagnes. Une vraie carte postale. Autour du stade, rien n’a été laissé au hasard. Les nombreux bénévoles vous attendent de pied ferme et sont toujours disponibles pour essayer de vous orienter… De l’accueil, aux transports, à la sécurité, tous les différents secteurs ont été balisés.

Le centre des médias commence à se remplir, le village des athlètes, à quelques kilomètres de là, est plein et les kilomètres de câbles des nombreuses télévisions étrangères ont été déroulés tout autour du stade. Tout semble paré pour des Mondiaux de qualité. Il ne suffit plus d’attendre que le premier coup de pistolet, samedi matin, avec le marathon, et Daegu prendra définitivement une autre dimension…

Gilles Gaillard