Wout Poels victoire Liège-Bastogne-Liège
Wout Poels remporte là la plus belle victoire de sa carrière. | AFP

Wout Poels remporte Liège-Bastogne-Liège

Publié le , modifié le

Wout Poels (Team Sky) a remporté au sprint la classique Liège-Bastogne-Liège, sous des conditions dantesques. Le coureur de 28 ans décroche ici la plus belle victoire de sa carrière, et la cinquième de sa saison.

Sous la neige, la course. Pour sa 102e édition, la Doyenne a offert un spectacle dantesque, dans des conditions climatiques qui n’étaient pas sans rappeler celles de 1980, quand Bernard Hinault s’était imposé en solitaire après avoir parcouru seul en tête les 80 derniers kilomètres. Cette année-là, ils n’avaient été que 21 à terminer la course, écrivant l’une des plus belles pages de l’histoire du cyclisme.

36 ans plus tard, si les acteurs du cyclisme ont changé, les conditions climatiques, elles, sont toujours aussi capricieuses. Sous une température hivernale (3 à 6 degrés), huit hommes prennent le large dès les premiers kilomètres de la course : parmi eux, deux Français (Edet et Roy). Rapidement l’échappée prend le large et son avance monte jusque huit minutes. Les coureurs, couverts comme en hiver, sont rapidement éprouvées par les giboulées de neige qui s’abattent sur eux. Mais Movistar contrôle déjà le peloton et reprend peu à peu les hommes de têtes. Nicolas Edet (Cofidis) et Alessandro De Marchi (BMC) sont d’ailleurs les derniers à se faire engloutir par le peloton à 25 kilomètres de l’arrivée, après un baroud d’honneur de plus de 200 bornes.

L’échappée terminée, c’est au tour d’Etixx Quick Step de durcir la course. La formation belge, avec ses deux leaders Alaphilippe et Martin aux avant-postes, accélère dans la Roche aux faucons, causant un premier écrémage dans le peloton. Les conditions climatiques se sont améliorées, et les favoris (Valverde, Wellens, Bardet) sont toujours présents.

Quatre coureurs à se jouer le sprint​

La course peine à s’emballer. Etixx et Movistar cadenassent la course, et les conditions climatiques sont toujours aussi déplorables. Les Français Julian Alaphilippe, Romain Bardet (AG2R) et Warren Barguil (Giant Alpecin) sont toujours aux avant-postes à l’amorce de la côte de Saint-Nicolas. Bardet accélère dans l’une de ces dernières difficultés du jour. Diego Rosa (Astana) en profite pour le contrer, suivi par Zakarin (Katusha). Mais les deux hommes ne parviennent pas à créer d’écart, alors qu’ils passent sous la banderole des cinq kilomètres.

"Le plus beau jour de ma carrière"

Alaphilippe accélère dans la Côte de la Rue Naniot, nouvelle difficulté de l’épreuve (600 mètres à 10,5%). Valverde ne semble pas au mieux. Albasini (Orica GreenEdge), Rui Costa (Lampre-Merida), Sanchez (BMC) et Poels (Sky) prennent quelques mètres d’avance. Albasini tente sa chance à la flamme rouge, sans succès. Le sprint se joue entre les quatre hommes. Au sprint, Wout Poels se montre le plus costaud, et remporte la plus belle victoire de sa carrière. Le Néerlandais de 28 ans s'impose devant Michael Albasini et confirme avec cette victoire que le Team Sky brille désormais sur tous les tableaux, aussi bien en courses à étapes que sur les classiques. Warren Barguil termine 6e et premier Français. 

"Les conditions ont été très dures", a déclaré le vainqueur, ému, après l'arrivée. "Je ne me sentais pas spécialement super sur la fin mais tout le monde était très fatigué. Après le dernier virage, j'y suis allé à fond pour le sprint." Celui qui était considéré comme le lieutenant de Froome en montagne (notamment sur le Tour de France) a révélé qu'il s'agissait "du plus beau jour de [sa] carrière".

Le Team Sky a laissé éclater sa joie sur les réseaux sociaux. Cette victoire de Poels sur la Doyenne est le premier "Monument" remporté par l'équipe britannique, qui s'était consacrée jusqu'ici aux courses à étapes.

Pour revoir l'arrivée victorieuse de Wout Poels :