Warren Barguil André Greipel Arkea-Samsic
Warren Barguil (à gauche) et André Greipel (Arkea-Samsic) | Arkea-Samsic/Twitter

Warren Barguil : "J'attends de me retrouver moi-même."

Publié le

Après une saison 2018 décevante, le grimpeur français Warren Barguil affiche ses ambitions avec sa formation Arkea-Samsic. Il s'exprime également sur l'arrivée du sprinteur allemand André Greipel, qui pourrait le libérer d'une partie de la pression inhérente à son rôle de leader.

Très attendu mais finalement décevant en 2018, Warren Barguil (Arkea-Samsic) dit avoir "pris une claque" et veut se retrouver pour afficher un tout autre niveau en 2019. 

La saison passée est-elle digérée ?

Warren Barguil : "Il y a des choses qu'on ne digère pas. Sportivement, je suis passé à autre chose mais, familialement, ce ne sont pas des choses qu'on digère comme cela. Ça ne s'oublie pas mais ça m'a fait grandir. 2017, c'était un rêve. J'ai gagné deux étapes sur le Tour, je me suis marié, c'était génial. 2018 était une année compliquée, ça m'a mis du plomb dans l'aile. Aujourd'hui, je me sens bien pour 2019."

Qu'attendez-vous de la saison qui va débuter ?

Warren Barguil :"J'attends de me retrouver moi-même. J'ai vécu une saison 2018 où je ne jouais plus les premiers rôles. Forcément, j'ai pris une claque dans la gueule, comme on dit. Je subissais, je ne pouvais pas attaquer. C'était très frustrant. Il y a eu plein de choses mises en place cet hiver avec l'équipe et mon entraîneur. J'ai repris deux semaines plus tôt que l'an passé, en novembre. Ça m'a permis de faire un break début janvier pour réattaquer un autre bloc. Je me suis bien entraîné, sans pépin physique. Je me sens bien. Maintenant, j'attends les premières courses. J'espère que ça va fonctionner dès (la semaine de Majorque) et être dans l'allure pour jouer les premiers rôles en mars".

Il y a aussi l'arrivée de Greipel qui change pas mal de choses pour vous...

Warren Barguil : "Ça ne change pas que pour moi, ça change pour toute l'équipe. Ça va m'enlever de la pression. On va l'avoir à deux cette pression et elle peut être positive si on marche dès le début de saison".

AFP