Vuelta : Rémi Cavagna s'illustre mais Magnus Cort Nielsen empoche la 16e étape

Publié le , modifié le

Auteur·e : Vincent Daheron
Magnus Cort Nielsen
Le Danois Magnus Cort Nielsen devance sur la ligne le maillot rouge Primoz Roglic. | OSCAR DEL POZO / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

C'est le Danois Magnus Cort Nielsen qui s'est imposé sur la 16e étape de la Vuelta entre Salamanca et Ciudad Rodrigo (162 km) malgré un grand numéro du Français Rémi Cavagna, repris en solitaire à seulement deux kilomètres de la ligne d'arrivée. Chez les favoris, Primoz Roglic aggrave son avance au général puisqu'il a pris la deuxième place et six secondes de bonification. Richard Carapaz est repoussé à 45 secondes.

Rémi Cavagna y a forcément cru. Déjà vainqueur d’étape l’année dernière sur la Vuelta, deux fois troisième lors de la même édition 2019, le Français de la Deceuninck - Quick Step pensait lever les bras pour la deuxième fois sur un grand tour, sur le Tour d’Espagne encore une fois, quand il s’est fait reprendre à deux kilomètres de l’arrivée par un peloton clairsemé par une étape douloureuse pour les jambes. Mais c'est finalement Magnus Cort Nielsen (EF Pro Cycling) qui a réglé un sprint en petit comité à Ciudad Rodrigo, empochant par la même occasion sa troisième étape en carrière sur la Vuelta. Il devance sur la ligne Primoz Roglic (Jumbo-Visma) - qui conforte son maillot rouge de leader en prenant six secondes de bonification sur la ligne - et Rui Costa (UAE - Team Emirates). Quelques heures après l'arrivée, le Portugais a été déclassé pour avoir changé de trajectoire au moment du sprint final, c'est donc le Néo-zélandais Dion Smith (Mitchelton-Scott) qui complète le podium.

Dans cette antépénultième étape du Tour d'Espagne, l'avant-dernière dans laquelle les favoris pouvaient espérer faire quelques différences malgré le profil très roulant des ascensions, Primoz Roglic en sort comme le grand vainqueur. Grâce à son punch réputé, il a pris la deuxième place et six secondes de bonification qui repoussent son dauphin, Richard Carapaz (Ineos-Grenadiers) à 45 secondes.

Rémi Cavagna, homme du jour

Mais le coureur du jour, c'est inévitablement Rémi Cavagna. Au prix d'un effort qui lui sied à merveille et qu'il aime plus que personne, il a réussi à faire douter tout un (maigre) peloton parti à sa chasse. Un effort solitaire qui brûle les cuisses à chaque coup de pédale mais qui lui vaut un surnom de "TGV de Clermont-Ferrand", plus explicite que mille mots.

Souvent à l'attaque sur ce Tour d'Espagne, le coureur de la Deceuninck-Quick Step a de nouveau tenté sa chance sur cette seizième étape. Membre de l'échappée du jour composée de Kobe Goosens (Lotto-Soudal), Angel Madrazo (Burgos - BH), Jesus Ezquerra (Burgos - BH), Juan Felipe Osorio (Burgos-BH) et Robert Stannard (Mitchelton - Scott), il s'est envolé avec ce dernier à 40 kilomètres de l'arrivée, dans le Puerto El Robledo (11,8 km à 3,9%). Alors que le peloton, parsemé par les difficultés successives, revenait sur ce duo, Cavagna s'est fait la malle en solitaire. Repris à seulement deux kilomètres de l'arrivée à Ciudad Rodrigo, le Français a malheureusement manqué l'occasion.

à voir aussi Tour d'Espagne : revivez la 16e étape et la victoire de Magnus Cort Nielsen Tour d'Espagne : revivez la 16e étape et la victoire de Magnus Cort Nielsen

Samedi, à la veille de l'arrivée finale à Madrid, l'étape sera jugée au sommet de l'Alto de la Covatilla (11,7 km à 6,9%), une pente irrégulière avec des passages à plus de 10%. La dernière occasion pour Richard Carapaz voire Hugh Carty (EF Pro Cycling), respectivement à 45 et 53 secondes de Primoz Roglic, d'inverser le cours de ce Tour d'Espagne qui est bien parti pour revenir encore dans l'escarcelle du Slovène, déjà vainqueur en 2019.