Pogacar vainqueur d'une dantesque étape sur la Vuelta
Pogacar vainqueur d'une dantesque étape sur la Vuelta. | JOSE JORDAN / AFP

Vuelta : Pogacar vainqueur d'une étape complètement folle

Publié le , modifié le

Dans de terribles conditions climatiques, où la pluie et la grêle se sont abattues, Tadej Pogacar (UEA-Team Emirates) est sorti vainqueur d’un final complétement rocambolesque où la Movistar a roulé pour le maillot rouge que Nairo Quintana (Movista) a pris à Angel Miguel Lopez (Astana), en se sabotant la victoire de la 9e étape à Andorre, en haut de Cortals d’Encamp. Le Slovène remporte son premier succès de sa carrière sur un grand Tour, à l’âge de 20 ans.

Une course éclatée. Comme attendu, le peloton s’est retrouvé disloqué en plusieurs morceaux dès les premiers kilomètres avec l’ascension du premier col des cinq de la journée, le col d’Orino. C'est ainsi que les hommes forts ont commencé à s'exprimer dans les premières pentes du col hors-catégorie du jour, celui de la Gallina.

Bouchard acteur à l'avant

A l’avant, dans une échappée composée d’une trentaine d’éléments, Geoffrey Bouchard (AG2R La Mondiale), accompagné un temps de Tao Geoghegan Hart (Ineos), s’est fait la malle pour franchir seul le sommet de l’ascension avec environ 30 secondes d’avance sur le groupe en contre et 3’40’’ sur le Peloton. Pendant ce temps-là,dans le groupe des leaders, après une première accélération de la Movistar entraînant la perte de Fabio Aru (UEA Team Emirates), les coureurs d’Astana imprimaient un gros tempo faisant craquer le leader du Général, Nicolas Edet (Cofidis), fatigué des efforts produits la veille.

Bouchard voyait son numéro en solitaire se terminer dans l'ascension inédite de l'Alto de Engolasters. Mais c'est bien dans le groupe des leaders que tous les projecteurs étaient braqués. Miguel Angel Lopez lançait les hostilités en s’en allant sur une deuxième attaque cinglante, à 20 km de l’arrivée. Le Colombien creusait progressivement son avance, jusqu’à 40 secondes, sur un groupe Valverde/Roglic/Quintana désorganisé et tentant de limiter la casse.

 

Nairo Quintana en rouge lors de la 9e étape de la Vuelta.
Nairo Quintana en rouge lors de la 9e étape de la Vuelta. © JOSE JORDAN / AFP

Coupés du monde

A 10 km, les suiveurs du Tour d'Espagne se sont retrouvés dans le noir, le signal international était perdu ainsi que les écarts entre les différents protagonistes. C'est à 6 km de l'arrivée que l'on pouvait retrouver une course complètement bouleversée. Marc Soler (Movistar) était en tête devant un groupe composé de quatre coureurs : Quintana (Movistar), Valverde (Movistar) et Pogacar (UEA Team-Emirates), Lopez (Astana). Groupe qui avait distancé Primoz Roglic (Jumbo-Visma). Lopez apparaissait le coude en sang, il était tombé dans le chemin de terre.

L'improbable coup de la Movistar

Bien parti pour chercher l'étape, Soler reçu l'improbable ordre de stopper son effort pour attendre son leader Quintana qui venait avec Pogacar de lâcher Lopez. Si la Movistar allait bien récupérer le maillot rouge de leader au profit de Quintana, Pogacar faussait compagnie aux deux hommes de l'équipe espagnole. Le Slovène s'envolait pour son premier succès dans un grand Tour, à seulement 20 ans.

Au final, le Colombien devance Roglic au général (+6 secondes), qui a réussi à revenir puis lâcher Lopez. Premier à lancer la bagarre, le Colombien d'Astana s'est finalement retrouvé le grand perdant de cette étape au scénario au complètement fou. Ce soir, il se retrouve troisième de la Vuelta à 17 secondes.