Philippe Gilbert
Philippe Gilbert vainqueur en solitaire | ANDER GILLENEA / AFP

Vuelta : Philippe Gilbert (Deceuninck Quick-Step) remporte la 12e étape à Bilbao

Publié le , modifié le

Ce jeudi 5 septembre, Philippe Gilbert (Deceuninck Quick-Step) a remporté la 12e étape de la Vuelta, à Bilbao, à l’issue d’une étape qui a mis du temps à se découdre. Le Belge est parti dans la bonne échappée avant d’attaquer au bon moment, à 9,1 km de l’arrivée. Vainqueur de Paris-Roubaix, cette saison, Gilbert remporte sa 3e victoire de l’année et son 6e succès sur les routes du Tour d’Espagne. Il devance les Espagnols Alex Aranburu (Caja Rural) et Fernando Barcelo (Euskadi Basque Country).

Une fois n’est pas coutume, l’échappée principale du jour s’est formée à seulement 65 km de la ligne d’arrivée sur une étape qui faisait au total 174km. C’est un groupe d’une vingtaine de coureurs qui a réussi à s’extirper du peloton, dans lequel on retrouvait notamment Philippe Gilbert (Deceuninck Quick-Step). C'est lui même qu'on a vu bras levés à l'arrivée.

Avant ça, le groupe se disloquait dans la deuxième ascension du jour, sur une accélération de Jonathan Lastra (Caja Rujal) et Felix Grossschartner (Bora-Hansgroe) qui poursuivait son effort. Intercalé, Tsgabu Grmay (Mitchelton-Scott) venait le rejoindre pour une échappée à deux. Mais seulement, avec une maigre avance, les deux fuyards se sont faits rejoindre par leurs anciens compagnons d'échappée au début de la dernière montée du jour l'Alto de Arraiz, 2,2km de montée à 12,2 %.

 

La Vuelta plaît à Gilbert

Très en jambes, Philippe Gilbert s'est ensuite extirpé à son tour, en deux attaques, à 9,1 km de la ligne d'arrivée. Lors de la dernière il a lâché les deux derniers résistants, à savoir Aranburu (Caja Rural) et Barcelo (Euskadi Basque Country). Avec 23 secondes d'avance au sommet de la dernière ascension du jour, le Belge a dû se battre jusqu'au bout pour finalement lever les bras et passer la ligne avec seulement 3 secondes d'avance sur ses deux poursuivants.

C'est une nouvelle victoire de prestige pour Gilbert qui va quitter la Deceuninck Quick-Step pour une nouvelle formation belge, la Lotto-Soudal. La 3e cette saison, après avoir notamment connu un sacre lors de Paris-Roubaix, et la 6e de sa carrière sur les routes du Tour d'Espagne.

Au niveau du peloton, les leaders, à l'image de Primoz Roglic, toujours en tête du général, ont tranquillement géré la journée. Seul Miguel Angel Lopez (Astana) a tenté une vaine attaque dans la dernière ascension du jour. Mais ce vendredi, ce ne sera pas la même histoire. Ceux qui ont perdu beaucoup de temps sur le Slovène auront une opportunité de le faire craquer. Avec sept "grimpeurs" au programme entre Bilbao et Los Machuos Monumento Vaca Pasiega, dans une étape longue de 166,4 km, et une arrivée au sommet, les poursuivants de Roglic auront sûrement des idées derrière la tête.