Tomasz Marczyński Marczynski vuelta 2017
Tomasz Marczyński | DE WAELE Tim / TDWsport Sarl / DPPI

Vuelta: Marczynski enlève la 12e étape, Froome chute et perd du temps

Publié le , modifié le

Tomasz Marczynski a remporté la 12e étape du Tour d’Espagne, sa seconde après la 6e étape. Le coureur polonais de l’équipe Lotto-Soudal s’est montré le plus fort dans le finale pour s’offrir un nouveau succès de prestige. Il a devancé de 52 secondes ses poursuivants immédiats:deux Espagnols, Omar Fraile (Dimension Data) et Jose Joaquin Rojas. Pojlanski et Clement ont terminé 4e et 5e. La course a été marquée par la double chute de Chris Froome aux abords de l’arrivée. Le porteur du maillot rouge a perdu du temps sur ses rivaux pour la victoire finale (40 secondes sur Alberto Contador et 20" sur Nibali et Aru) mais il a finalement limité la casse.

Un groupe de 14 coureurs semblait pouvoir se disputer la victoire avant l’ultime difficulté du jour: Mortov, Koning, Rojas, Polanc, Perez, Theuns, Fraile, Schillinger, Marczynski, Poljanski, Clement, Arroyo, Canty et Julien Duval. Mais c’est finalement le [Polonais de la formation Lotto-Soudal qui a le mieux tiré son épingle du jeu en faussant compagnie à la concurrence pour s’imposer à Antequera Los Dolmenes, l'emportant avec une petite marge sur ses compagnons d'échappée et avec 7'25 d'avance sur Alberto Contador, le premier des favoris, qui tirera sa révérence au cyclisme dans 10 jours.

"El Pistolero" tire les marrons du feu

La course a été marquée par la double chute de Chris Froome aux abords de l’arrivée. Suite à sa première chute, le Britannique avait été contraint de changer de vélo, mais il est retombé juste après, sa roue avant se dérobant. Le vainqueur du Tour de France, qui s'est retrouvé un moment à 1'12 de ses principaux concurrents, a cravaché pour limiter sa perte de temps sur les autres favoris de cette Vuelta dont Alberto Contador (40 secondes) qui a de nouveau animé la course aujourd’hui, et 20 secondes sur Aru et surtout sur son dauphin au classement général, l'Italien Vincenzo Nibali (Bahreïn) La lutte pour le maillot rouge sera belle jusqu'à Madrid. 

Grégory Jouin @GregoryJouin