Vuelta, 9e étape : Ackermann profite du déclassement de Bennett pour s'imposer

Publié le , modifié le

Auteur·e : Martin Boissereau
Ackermann
Deuxième du sprint, Pascal Ackermann (Bora) a profité du déclassement de Sam Bennett pour s'imposer | ANDER GILLENEA / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Alors que le favori Sam Bennett s'était imposé au sprint à Aguilar de Campoo, lors de la 9e étape de la Vuelta, l'Irlandais a été déclassé après un coup d'épaule sur Emil Liepens dans le dernier kilomètre. Deuxième à la pédale, Pascal Ackermann (Bora) est donc désigné vainqueur devant Gerben Thijssen et Max Kanter à l'issue d'un parcours totalement plat débuté à Castrillo del Val (157.7 km). Le top 10, toujours dominé par Richard Carapaz, reste inchangé.

Ce deuxième sprint aurait pu se conclure par une deuxième victoire de Sam Bennett (Deceuninck - Quick-Step). L'Irlandais a de nouveau levé les bras sur la ligne d’arrivée, à Aguilar de Campoo, à l’issue d'une 9e étape de la Vuelta promise aux sprinteurs. Les grosses cuisses de l’Irlandais lui ont donc presque permis de remporter la 50e victoire de sa carrière, la quatrième sur la Vuelta et la deuxième lors de l’édition 2020, après celle obtenue à Ejea de los Caballeros (4e étape). Son épaule, elle, l'en a empêché.

Dans le sprint massif, à moins d'un kilomètre de l'arrivée, Bennett a donné deux coups à Emil Liepens (Trek-Segafredo) suite auxquels il a été déclassé par les commissaires à la 110e place. L'appel de sa formation belge, qui contestait la décision, a ensuite été rejeté. Supérieur à la pédale, l'Irlandais a donc vu trois coureurs absents du podium lors de la quatrième étape, Pascal Ackermann (1er, Bora-Hansgrohe), Gerben Thijssen (2e, Lotto-Soudal) et Max Kanter (3e, Sunweb), monter sur celui d’Aguilar de Campoo. Grâce à ce succès, le sprinteur allemand concrétise le travail du train de la Bora et gagne sa première étape sur la Vuelta, la troisième sur un grand tour. Les Français Alexis Bernard (6e, Israel Start-Up Nation) et Lorrenzo Manzin (8e, Total Direct Energie) ont quant à eux intégré le top 10, à l’issue d’un parcours où les coureurs ont entièrement roulé dans la communauté autonome de Castille-et-Léon.

Roglic toujours maillot vert, Carapaz encore en rouge

Le classement par points reste toutefois dominé par Primoz Roglic (Jumbo-Visma) porteur du maillot vert. Victime d’une crevaison sans conséquence à 13 km de l’arrivée, le deuxième du général a également pu rejoindre le peloton sans concéder de temps sur Richard Carapaz (INEOS Grenadiers). L'Équatorien reste quant à lui le leader de la Vuelta et vêtira donc son maillot rouge lors de la 10e étape. Vu son profil, seulement bosselé par un col de 3e catégorie à 60 km de l'arrivée, elle promet une nouvelle bataille entre sprinteurs.