Alberto Contador, Saxo Bank
Alberto Contador | JAVIER SORIANO / AFP

Une Vuelta "accidentée"

Publié le , modifié le

e Tour d'Espagne 2014, dont le parcours nerveux et accidenté a été dévoilé samedi, fera la part belle aux grimpeurs et aux baroudeurs du peloton, qui s'élanceront le 23 août d'Andalousie pour rallier le 14 septembre Saint-Jacques de Compostelle, en Galice, en évitant les Pyrénées et Madrid.

Sprinteurs s'abstenir

Seulement cinq étapes devraient convenir à une  arrivée massive dans cette 69e édition entamée par un contre-la-montre par  équipes et achevée par un autre "chrono", individuel, dans les rues de  Saint-Jacques, qui évincera la traditionnelle parade du dernier jour de course. Entretemps, le peloton visitera l'Andalousie, de Cadix à Cordoue puis Grenade, avec une première arrivée en altitude aux Cumbres Verdes, dans la Sierra Nevada, avant de monter en direction du nord par les plateaux  venteux de la Manche. La première journée de repos sera suivie d'un premier contre-la-montre individuel de 34 km (10e étape) arrivant à Borja, en Aragon, puis après une arrivée au sommet en Navarre (11e), seule timide incursion dans les contreforts des Pyrénées, la course mettra le cap à l'ouest vers les monts de  Cantabrie et des Asturies.

Un parcours nerveux

Un difficile triptyque montagnard l'y attendra: La Camperona (14e étape),  Lacs de Covadonga (15e), La Farrapona (16e), cette dernière journée étant  l'"étape-reine. Enfin, après la seconde journée de repos le 9 septembre, la Vuelta s'achèvera par cinq journées en Galice, d'où s'était élancée l'édition 2013.   Lors de la 20e et avant-dernière étape, l'arrivée au sommet du redoutable col d'Ancares jouera le juge de paix. Ses routes étroites et pentues n'ont  "rien à envier à l'Angliru" selon Pedro Delgado, deux fois vainqueur de la Vuelta (1985, 1989) et du Tour de France 1988. Le Tour d'Espagne ne s'achèvera pas dans la capitale espagnole, pour la  première fois depuis 1993, quand il s'était déjà terminé à Saint-Jacques de  Compostelle. Surtout, dix ans après le dernier "chrono" final (2004), il se concluera par un exercice solitaire de 10 km dans les rues de la cité galicienne. Avec huit arrivées au sommet contre 11 en 2013, le parcours est sans doute  moins ardu que l'an passé, mais les coureurs présents lors de la présentation  se sont attachés à souligner le caractère très "nerveux" de ce tracé.

Déclaration d'Alberto Contador , double vainqueur de l'épreuve (2008 et 2012: "C'est un beau parcours, intéressant, avec sept arrivées un peu plus dures,  certaines avec des raidillons, qui sont assez excitantes. Ça me plaît, je trouve  que c'est assez équilibré Il y a deux contre-la-montre individuels, et même si c'est vrai que le dernier est très court et qu'il n'y aura pas de grandes différences, c'est  toujours intéressant.". 

Christian Grégoire