Pourquoi il ne faut pas rater le Tour d'Espagne 2020

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
Vuelta

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Giro n’est pas encore terminé que l’Espagne emboîte le pas et lance aussi son Grand Tour. D’habitude programmée en septembre, la Vuelta part ce mardi pour une version inédite, raccourcie de 3 étapes et à cheval sur la dernière semaine du Tour d’Italie. Un dernier Tour pour la fin puisque les routes espagnoles vont baisser le rideau de la saison cycliste. Et cette dernière dose de vélo avant l’hiver n’est pas la seule raison de s’intéresser à la Vuelta 2020, loin de là, hombre !

• Parce qu’on est heureux de revoir Thibaut Pinot

On l’avait quitté discrètement au soir de l’arrivée du Tour de France sur les Champs-Elysées, dans l’anonymat de sa 29e place sur cette Grande Boucle qu’il a réussi à terminer, malgré les douleurs au dos suite à sa chute inaugurale à Nice. Un mois plus tard, revoilà Thibaut Pinot sur un vélo. Dans quel état de forme ? Personne ne le sait vraiment. Ce qui est sûr, c’est que le Franc-Comtois sera entouré de son fidèle lieutenant, David Gaudu, et d’une équipe Groupama-FDJ solide sur les routes d’Espagne. Vainqueur de deux étapes sur la Vuelta 2018, Pinot y revient deux ans plus tard avec de l’appétit et une revanche à prendre après son Tour raté. Sera-t-il au départ pour jouer le général ou les étapes ? Dans les deux cas, il fera parler son panache. Pour notre plus grand bonheur.

• Parce que Guillaume Martin doit confirmer son bon Tour

Thibaut Pinot ne sera pas le seul tricolore au départ à pouvoir viser le classement général de cette Vuelta 2020. Révélation du dernier Tour de France qu’il a terminé à la 11e place, Guillaume Martin (Cofidis) sera aussi au rendez-vous, avec pour ambition de confirmer sa belle Grande Boucle. Pour cela, il sera notamment entouré des frères Herrada. Et vu sa forme cette saison, il faut s’attendre à le voir à l’attaque. D'ailleurs, Martin ne s’en cache pas : "J’ai fini ce Tour de France dans de bonnes conditions, avec un état de fraîcheur important. J'ai l'impression que c'est encore le début de saison. J'aborderai la Vuelta avec envie et des objectifs un peu différents du Tour de France. Je pense en effet que le parcours permet de viser davantage les victoires d'étape". Vous êtes prévenus.

• Parce que la Jumbo-Visma et Roglic seront revanchards

Après avoir perdu le maillot jaune à la veille de l’arrivée sur le Tour de France, la Jumbo-Visma de Primoz Roglic a une revanche à prendre. Critiquée et moquée pour avoir verrouillé la course sur une Grande Boucle qui lui a finalement échappé, l’armada hollandaise veut prouver que c’était un accident. Pour cela, l’écurie jaune et noire aligne le tenant du titre Primoz Roglic, entouré d’une ribambelle d’équipiers de luxe : Tom Dumoulin (HOL), Lennard Hofstede (HOL), Jonas Vingegaard (DAN), George Bennett (NZL), Paul Martens (ALL), Robert Gesink (HOL), Sepp Kuss (USA). De quoi endosser de nouveau le rôle d’épouvantail de cette Vuelta. Surtout que Roglic, vainqueur de Liège-Bastogne-Liège, retrouve du poil de la bête. Et puis après l’abandon collectif sur le Giro à cause du Covid, la Jumbo n’a plus le droit à l’erreur et doit s’accaparer cette Vuelta. Quitte à écraser la concurrence le plus vite possible ?

à voir aussi Cyclisme : Blessé à un genou, le Colombien Nairo Quintana met fin à sa saison Cyclisme : Blessé à un genou, le Colombien Nairo Quintana met fin à sa saison

• Parce qu’on n’est pas sûr qu’elle se termine…

L’ombre de la Covid plane sur la Vuelta 2020, comme sur l’ensemble de la planète depuis l’hiver dernier. La pandémie a d’abord privé l’épreuve de ses trois étapes inaugurales autour d’Utrecht (non remplacées), ainsi que de son passage au Portugal. Au lieu des Pays-Bas, le départ sera donné … du Pays basque. Les choses sont bien faites. Et malgré ces remous, cette Vuelta raccourcie à 18 étapes (qui n’est donc, de fait, pas un grand tour de 3 semaines …) pourrait connaître d’autres rebondissements. D’abord, la Covid pourrait redistribuer les cartes si le virus s’immisce dans le peloton comme sur le Giro. Ensuite, la déprogrammation en octobre pourrait entraîner l’apparition d’un invité surprise sur les routes de montagne : la neige. Alors, la Vuelta ira-t-elle à son terme ? A défaut de certitudes, mieux vaut ne pas louper le début.

• Parce que Chris Froome est de retour 

Et non, Christopher Froome n’est pas parti à la retraite ! Eloigné des pelotons depuis plusieurs mois après une lourde chute, non sélectionné par Ineos pour le Tour de France à cause de sa méforme, le quadruple vainqueur de la Grande Boucle revient sur la Vuelta qu’il a gagné en 2011 et 2017. Mieux, Froome endossera de nouveau le rôle de leader pour sa dernière course avec l’écurie Ineos (ex-Sky), qu’il avait rejoint en 2010. La fin d’une ère pour le Britannique qui portera les couleurs d’Israël Start-up Nation la saison prochaine. Pour ce baroud d’honneur, Froome, dont l’état de forme est incertain, sera bien entouré, et notamment par Richard Carapaz, vainqueur du Giro 2019, et en grande forme en fin de Tour de France. 

• Parce qu’elle escaladera le col du Tourmalet 

Emblème cycliste des Pyrénées, le col du Tourmalet n’était pas au programme du Tour de France 2020. Séance de rattrapage pour les amoureux de ce géant unique avec la Vuelta, puisque la course empruntera ses 19 km d’ascension jusque 2 115 m d’altitude le 25 octobre prochain. Toujours un spectacle. D’autant que le peloton l’abordera par le versant de Barèges, après une étape très, très française via les cols du Pourtalet (1 794m), de l’Aubisque (1 709 m) et du Soulor (1 474 m). Au total :  110 des 136,6 kilomètres de cette 6e étape se dérouleront en territoire français. Et même si le Tourmalet sera fermé au public pour des raisons sanitaires, l’arrivée jugée à son sommet sera un de temps forts de cette Vuelta. Rendez-vous dès la 6 étape, ce dimanche 25 octobre.