Bouhanni chute
Nacer Bouhanni. | DE WAELE Tim / TDWsport Sarl / DPPI media

Luxation du coude pour Bouhanni, la conclusion d’un été pourri par les chutes

Publié le , modifié le

Sur les Grands Tours, cette saison n’est décidément pas celle de Nacer Bouhanni. Le sprinteur français avait déjà dû abandonner le Tour de France suite à une chute. Ce samedi sur la Vuelta, le Vosgien a une nouvelle fois été contraint à l’abandon. Les examens passés à l’hôpital révèlent une luxation du coude.

Dimanche 28 juin : ligne droite de Chantonnay, championnats de France professionnels. La victoire semble promise à Nacer Bouhanni, emmené sur un plateau par ses coéquipiers. Mais à 300m de la ligne, tout s’effondre : le coureur de 25 ans chute de façon impressionnante. Il ralliera la ligne quelques minutes plus tard, avec de nombreuses plaies. On craignait un forfait pour la Grande Boucle. Cette première chute signe le début d’une longue série, d’un vrai calvaire estival pour celui qui nourrissait de grandes ambitions pour ces mois de juillet et d’août. 

Sur le Tour d’abord, avec ces deux chutes, dont une qui lui sera fatale. Cinquième étape, entre Arras et Amiens : Radio Tour annonce, après à peine seize kilomètres de course, l’abandon de Nacer Bouhanni. Pour cause, une nouvelle chute, dont il peine à se relever. L’image du sprinteur, ancien meilleur sprinteur du Giro d’Italie, est frappante : celui qui adore faire de la boxe en hiver est allongé et ne se relève pas. KO sur le Tour.

Mais le coureur de la Cofidis est un dur au mal, qui aime plus que tout gagner. Il s’engage alors sur la Vuelta. Fait le plein de confiance sur le Tour de l’Ain, où il remporte aisément deux sprints massifs. Mais voilà, à nouveau, la malchance le poursuit. Nacer Bouhanni chute. Encore. Une fois, deux fois. Ce qui ne l’empêche pas de terminer deuxième au sprint, derrière Peter Sagan. La troisième en une semaine de course, à cinquante kilomètres de l’arrivée de la 8e étape, est celle de trop. D’après lequipe.fr, le sprinteur français ne souffre d’aucune fracture, mais d’une luxation du coude. Ce qui ne l’empêche pas de penser encore à la fin d’année : « Ma saison n’est pas terminée mais au cours de ces deux derniers mois, j’ai eu autant de chutes (six) que durant toute ma carrière ».