Chaves Froome Bouhanni Nibali
Chaves, Froome, Bouhanni, Nibali : tous ont pesé d'une manière ou d'une autre sur la première semaine de la Vuelta. | DR

Ce qu’il faut retenir de la première (folle) semaine de la Vuelta

Publié le , modifié le

Une étape neutralisée, des chutes, une exclusion d’un vainqueur du Tour et ses surprises : la première semaine de la Vuelta a été riche en rebondissements.

Une première étape qui fait causer

Pour démarrer au mieux cette 70e édition, les organisateurs de la Vuelta avaient préparé pour les coureurs un savoureux contre-la-montre par équipes long de 7,4 kilomètres, entre le port de  Puerto Banus et la plage de Marbella (en Andalousie). Un parcours qui paraissait spectaculaire, intéressant pour une première étape de Grand Tour, proche du littoral. Il n’en a rien été. La découverte du circuit par les coureurs a été une succession de mauvaises surprises : routes pleines de sables, des ponts dangereux à passer… Un tracé tout sauf sécurisé, qui a abouti à une neutralisation de cette première étape, les temps n’étant pas comptabilisés pour le classement général. De quoi démarrer le Tour d’Espagne d’une ambiance un peu particulière.

Le couac Nibali

Les images sont dignes d’un jeu vidéo, ou d’un mauvais montage. Deuxième étape de la Vuelta. Vincenzo Nibali, vainqueur du Tour en 2014, est un des favoris pour le maillot rouge. Il est pris dans une chute massive à trente kilomètres de l’arrivée, et perd du terrain par rapport à ses principaux adversaires. Les images, prises depuis un hélicoptère, sont frappantes : on y voit l’Italien prendre la tête de son groupe, quand la voiture de son directeur sportif se rapproche, et ramène « le Requin de Messine » au peloton. Nibali est exclu de la Vuelta le soir même.

Bouhanni, Sagan, Boeckmans : des chutes en pagaille

La première semaine du Tour d’Espagne a été marquée par de nombreuses chutes, certaines d’ailleurs plus graves que d’autres. Le Belge Kris Boeckmans (Lotto Soudal) se retrouve d’ailleurs toujours dans un coma artificiel, après avoir chuté au cours de la huitième étape. Ce jour-là, le maillot vert de l’épreuve, Peter Sagan, quittait également les routes de la Vuelta après avoir été renversé par… une moto de l’organisation, à pas moins de 60 km/h. Le clan français n’a pas non plus été épargné puisque Nacer Bouhanni, qui avait déjà dû abandonner le Tour de France suite à une chute, n’a pas continué l’épreuve, suite à une troisième chute en sept jours.

Chaves et Dumoulin, les révélations

Esteban Chaves, 25 ans, est l’une des bonnes surprises de ce début de Vuelta. Le Colombien de 25 ans a en effet remporté deux étapes, et n’a cédé le maillot rouge de leader que lors de la neuvième étape, à un certain Tom Dumoulin. Ce dernier, coureur de la Giant Alpecin, a repris à Chaves la tête de la course. Le Néerlandais pourrait bien se révéler sur les pentes ardues d’Andorre. D’autres surprises ont également éclairé la première semaine de cette Vuelta, comme Bert-Jan Lindeman (Lotto Jumbo) et Jasper Stuyven (Trek), vainqueurs d’étape.

Où en sont les favoris ?

Tous dans le top 10. Le dernier podium du Tour de France se situe entre la sixième et la huitième place du classement général (dans l’ordre, Valverde, Quintana et Froome). Alejandro Valverde semble être le plus en forme des trois cités : il a déjà remporté une étape cette semaine. Quintana et Froome ont semblé plus émoussés, même si ce dernier a fait une première démonstration de force lors de la neuvième étape. Fabio Aru, proclamé leader d’Astana en l’absence de Nibali, est cinquième à 1’13 de Dumoulin. Le premier Français au classement général est Romain Sicard (Europcar), 18e à 4’47 du leader. On note trois autres Français dans le top 25 ; Jeandesboz (Europcar, 20e), Rossetto (Cofidis, 21e), Elissonde (FDJ, 22e), et Bouet (Etixx, 25e).