Nicolas Vogondy, trois fois champion de France
Nicolas Vogondy, trois fois champion de France | FRANK PERRY / AFP

Vogondy: "Mon meilleur souvenir ? Le maillot bleu, blanc rouge"

Publié le , modifié le

Nicolas Vogondy entame en cette année 2012 sa 16e saison professionnelle. Double champion de France de la course en ligne sur route et titré une autre fois sur le contre-la-montre, le natif de Blois espère bien se distinguer cette saison notamment sur le Tour de France. Qu'on se le dise, le natif de Blois n'a pas dit son dernier mot.

Nicolas Vogondy, quels sont vos objectifs pour cette saison 2012 ?
2011 a été une saison difficile pour moi. J'ai eu la toxoplasmose. Je n'ai pas eu les résultats espérés, ni par l'équipe ni par moi. Cette année, toutes les victoires seront bonnes à prendre, de la plus petite à la plus grande même s'il n'y a pas de petite victoire. Mon premier objectif sera de participer au Tour de France. Ensuite, essayer de gagner beaucoup de courses.

Vous visez particulièrement les courses en France ?
Le championnat de France me tient à cœur. J'ai déjà gagné deux fois sur la route, une fois en contre-la-montre donc c'est une course qui me colle bien à la peau. C'est une course d'une journée dans la saison donc ce n'est pas facile d'être au top à ce moment-là. Cette année, ce sera tout plat. Ca va moins me correspondre. On a des coureurs comme Adrien Petit ou Samuel Dumoulin qui sont plus aptes à gagner que moi mais il peut se passer beaucoup de choses sur une course d'un jour. D'autant que c'est encore dans le nord et c'est important pour Cofidis. On verra.

Que retenez-vous de votre carrière jusqu'ici ?
Mon objectif quand j'étais tout jeune était de passer professionnel puis de faire le Tour. J'ai réussi tout ça. Je m'étais fixé un objectif en 1997 qui était de faire au moins dix ans chez les pro et de gagner une course marquante pour que les gens se rappellent de moi. J'ai réussi avec certaines victoires d'étape ou le championnat de France. Après, quand on est coureur, on en veut toujours plus. Cette année, comme David Moncoutié, j'attaque ma 16e année pro. J'espère toujours remporter une étape du Tour. Je n'étais pas loin en 2008 à Châteauroux. Si j'en gagne une, je pourrais juger ma carrière réussie.

Comment voyez-vous votre rôle dans l'équipe notamment par rapport aux jeunes ?
Les jeunes qui sont arrivés cette année dans le groupe pro, qu'ils soient de chez Cofidis ou d'ailleurs, rentrent dans un groupe très bien structuré, encore plus qu'au début de ma carrière. Les méthodes d'entraînement ont peut-être changé, se sont améliorées. C'est sans doute plus pointu aujourd'hui. Tout va très vite. Ca fait 15 ans que je suis pro mais je n'ai pas vu le temps passer. Il y a des années avec et des années sans. C'est pour ça que dès qu'on peut gagner, il faut en profiter. Après, le temps passe et on ne peut plus revenir en arrière.

Votre meilleur et votre pire souvenir ?
Mon meilleur souvenir, c'est le maillot bleu, blanc, rouge que j'ai porté une année. Mon pire ? Probablement en 2006 quand mon contrat avec le Crédit Agricole n'a pas été renouvelé. J'ai vraiment peiné à retrouver une équipe. J'ai finalement signé à Agritubel –que je remercie encore- en 2007. Ils m'ont relancé ma carrière parce que je suis encore là aujourd'hui. Au mois de novembre 2006, je n'avais toujours pas de contrat et je me voyais arrêter le vélo et penser à ma reconversion. Et en 2008, j'offre à Agritubel un titre de champion de France.