portrait Vincent Lavenu directeur sportif AG2R-La Mondiale
Vincent Lavenu (AG2R-La Mondiale) est directeur sportif depuis 1992 | AFP - Franck Fife

Vincent Lavenu : « Faire mieux que l’année dernière »

Publié le , modifié le

Malgré la forte concurrence, l’équipe AG2R reste ambitieuse. Son directeur sportif, Vincent Lavenu, souhaite avant tout faire progresser ses coureurs, et espère une place dans les cinq premiers du classement final de ce 109e Paris-Roubaix.

« L’an dernier, nous avions un coureur dans les dix premiers, cette année, nous visons une place dans les cinq », affirme Vincent Lavenu qui peut compter sur « une équipe qui est bien concentrée sur le sujet » et « des coureurs qui sortent des classiques flamandes avec des ambitions ». Il rappelle ainsi la cinquième place de Lloyd Mondory dans Gand-Wevelgem, et précise que ses coureurs ont été présents à l’avant dans le Tour des Flandres. « Je pense donc que ce Paris-Roubaix devrait pouvoir satisfaire notre équipe. Donc pourquoi pas un coureur dans les cinq ! »

Et pour y parvenir, Lavenu dispose de plusieurs atouts. « Nous avons plusieurs coureurs susceptibles d’y parvenir. Lloyd Mondory est en forme, Sébastien Hinault, qui a démontré l’année dernière qu’il pouvait briller dans cette course là (il avait terminé 9e, et meilleur coureur français), et je pense que Martin Elmiger et Sébastien Minard sont des coureurs d’expérience dans ce Paris-Roubaix. Donc avec quatre cartes en main, je pense que l’on peut s’attendre à une bonne surprise », ose-t-il pronostiquer.

Surtout, il rappelle qu’une telle course est indécise jusqu’au bout. « Paris-Roubaix reste une course où il peut y avoir beaucoup d’aléas, beaucoup de pépins. Quand on a vu la façon dont Cancellara dominait Paris-Roubaix l’an passé, on peut se poser des questions, mais malgré tout, cela reste une course longue, difficile, et où il y a toujours eu beaucoup d’impondérables. » Pour Lavenu, la clé du succès peut se joueur dans le début de la course. « Si les coureurs veulent battre Cancellara et Boonen, ils devront prendre des initiatives assez tôt, comme l’a fait un peut Chavanel lors du Tour des Flandres. » Cancellara et Boonen sont donc prévenus !

De notre envoyé spécial Romain Bonte