Arthur Vichot
Arthur Vichot s'était imposé en 2013 après savoir passé près de 250km en tête de course | Thomas BREGARDIS/PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Vichot, un maillot tricolore en jeu

Publié le , modifié le

Champion de France l’an passé, Arthur Vichot verra sa tunique tricolore disputée par tout le peloton national, ce dimanche au Futuroscope. Le tenant du titre promet une course très ouverte où tout le monde, y compris ses coéquipiers sprinteurs (Bouhanni, Démare), aura un coup à jouer.

A moins qu’Arthur Vichot, le tenant du titre, ne réussisse un improbable doublé, la France du cyclisme aura un nouveau champion ce dimanche en fin d’après-midi. "Être en bleu-blanc-rouge, ça ne laisse que des bons souvenirs, assure le puncheur de la FDJ.fr, vainqueur audacieux l’an passé. Le vélo est l’un des seuls sports qui te permet de porter un maillot distinctif comme ça, pendant un an, sur les plus grandes courses du monde. On se sent plus soutenu, plus regardé. Porter ces couleurs, c’est quelque chose de fort".

Si le Doubiste espère "conserver ce titre", il sait que la concurrence sera rude, notamment au sein de sa formation qui enverra 24 coureurs ce dimanche (contre 22 pour l’autre cador du peloton, Europcar). La FDJ.fr, qui a remporté les deux dernières tuniques tricolores (Bouhanni l’avait emporté en 2012), sera cette année encore redoutable et pourrait dicter la course, même s’il sera "difficile de suivre une stratégie d’équipe à 24, d’harmoniser tout cela", concède Vichot.

Le tracé peut convenir à "tous les coureurs"

Le parcours, long de 251,7 kilomètres, comporte plusieurs montées courtes et de nombreuses portions exposées au vent qui pourraient rendre la course très difficile… et surtout "très ouverte", annonce Sylvain Chavanel, le régional, vainqueur du contre la montre jeudi. "Ça peut convenir à tous les coureurs, il faudra être opportuniste et avoir le petit brin de chance qui fera la différence, complète Vichot. Il y a des petites bosses, mais même les sprinteurs peuvent tirer leur épingle du jeu". Pour faire le doublé, lui ne pourra pas partir dès le début comme l’an passé : "il faudra la jouer plus finaud".

Face aux armadas des formations françaises, certains partiront sans coéquipier : Tony Gallopin (Lotto-Belisol), troisième l’an passé, mais aussi John Gadret (Movistar), Jonathan Hivert (Belkin) ou l’espoir Julian Alaphilippe (Omega Pharma-Quick Step). Ces derniers s’élanceront avec un désavantage certain par rapport à leurs concurrents membres des grosses structures, qui chercheront à maîtriser la course. Parmi eux, Arnaud Démare et Nacer Bouhanni (FDJ.fr) font figure de favoris en cas d’arrivée au sprint. A moins qu’un coureur moins attendu, comme Samuel Dumoulin (AG2R) ou le prometteur Bryan Coquard (Europcar), ne vienne rappeler que la course élite des Championnats de France est un terrain toujours propice aux bonnes surprises.

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer