Jonathan Vaughters
Jonathan Vaughters |

Vaughters : « Van Summeren est incroyable ! »

Publié le , modifié le

Alors que tout le monde s’attendait à la victoire d’une star, c’est le Belge Johan Van Summeren qui, à 30 ans, s’est imposé à Roubaix. A la surprise générale mais surtout pour le plus grand bonheur de son directeur sportif Jonathan Vaughters avec lequel il travaille depuis maintenant deux ans.

C’est une bien belle victoire pour un coureur que le public découvre …

Pour moi, c’est une victoire du cyclisme nouveau parce que c’est une victoire tactique et difficile. L’équipe Garmin a aujourd’hui fait la course parfaite et c’est aussi une victoire d’équipe. 90% du temps, Johan roule pour Tyler Farrar, Thor Hushovd ou quelques autres. Ici, il s’offre une belle victoire. Celle d’un travailleur, pas d’une grosse star.

Devient-il du coup un grand champion ?

Il est un grand champion car il a un enthousiasme et un amour pour cette course que je n’ai jamais vu. Il n’a pas le physique de Cancellara ni de Hushovd mais il est incroyable.

Est-ce un coureur qui travaille trop ?

Il s’entraîne effectivement beaucoup mais c’est aussi une des raisons de sa victoire. Souvent, à l’entraînement, je lui demande d’en faire un peu moins. Il roule 200, 250 km, c’est beaucoup !

Le public connaît mal Johan Van Summeren. Présentez-le nous.

C’est une personne très intelligente, avec un bon sens de l’humour. Il aime beaucoup les blagues. Il a surtout une capacité à travailler hors du commun.

C’est aussi un excellent coéquipier

.Oui ! Lors des prochaines courses, si je lui dis de rouler pour Farrar ou Hushovd, il va dire « Ok ! Pas de problème ! ». Aujourd’hui c’est un grand champion et demain il sera un élément de l’équipe comme tous les autres sans que cela ne lui pose problème.Johan mesure près de deux mètres.

Sa taille ne semble pas adaptée aux pavés ?

Dans le gros, le vrai pavé de Paris-Roubaix, pas le petit du Tour des Flandres, il se débrouille très bien. Je ne sais pas pourquoi mais ça fonctionne. Il l’a prouvé aujourd’hui.

Interview réalisée par sabelle Trancoen