Giro Nibali Vincenzo Liquigas victoire 05 2010
Vincenzo Nibali heureux | AFP - Luk Beines

Une Vuelta très indécise

Publié le , modifié le

En l'absence d'Alberto Contador et des frères Schleck, la 66e édition de la Vuelta qui s'élance samedi de Benidorm pourrait se jouer entre l'Italien Vincenzo Nibali (Liquigas), vainqueur sortant, et les Espagnols Igor Anton (Euskaltel) et Joaquim Rodriguez (Katusha). Contador, émoussé par son enchaînement Giro-Tour et toujours aux prises avec le jugement final du Tribunal arbitral du sport (TAS) après son contrôle positif au clenbutérol en 2010, a renoncé.

Sur le même principe, les frères luxembourgeois Andy et Fränk Schleck ont eux choisi de ne pas enchaîner Tour de France et Vuelta. Sans ces poids lourds, Vincenzo Nibali, vainqueur sortant de la Vuelta et 3e des deux dernières éditions du Giro, ainsi que les Espagnols Igor Anton (Euskaltel) et Joaquim Rodriguez (Katusha) paraissent avoir les meilleures cartes pour s'imposer dans cette course de trois semaines. "Purito" Rodriguez, au cours d'une conférence de presse tenue jeudi, ajoutait lui-même à cette liste le Russe Denis Menchov, déjà vainqueur de deux Vueltas (2005, 2007), et qui compte dans son équipe (Geox) un autre prétendant à la victoire finale, l'Espagnol Carlos Sastre. "J'ai beaucoup travaillé le contre-la-montre cette saison. L'année dernière, j'avais perdu la Vuelta sur cet exercice", a notamment déclaré le leader de Katusha. 

Retour au Pays Basque

Un autre revanchard sur cette Vuelta sera Igor Anton, le grimpeur-vedette de l'équipe Euskaltel, qui voudra faire oublier sa poisse de l'année dernière. Alors qu'il portait le maillot rouge de leader, une chute survenue lors de la 14e étape l'avait en effet contraint à l'abandon. Le profil très vallonné de cette Vuelta- dix étapes de montagne et six arrivées au sommet- ne devrait pas lui déplaire. Anton devrait être d'autant plus motivé que le Tour d'Espagne repassera par les routes de son Pays Basque natal, chose qui ne s'était plus produite depuis 33 ans, les organisateurs redoutant au cours de toutes ces années de possibles manifestations de militants indépendantistes.

En plus de ces protagonistes, il faudra aussi surveiller quelques autres clients: le Slovène Janez Brajkovic (RadioShack) et le Britannique Bradley Wiggins (Sky), acteurs malheureux du dernier Tour où il avaient tous deux dû abandonner sur chute et l'Italien Michele Scarponi (Lampre), 2e du dernier Giro derrière Contador. Les temps forts de cette Vuelta devraient notamment être l'arrivée inédite au sommet de la Manzaneda en Galice, ainsi que le final de la 15e étape qui mènera les coureurs au mythique col de l'Angliru dans les Asturies, connu pour ses terribles pourcentages. Les contre-la-montre seront en revanche réduits à la portion congrue avec le chrono par équipes de Benidorm, à l'occasion du départ samedi, et un seul chrono en ligne autour de Salamanque sur lequel le rouleur suisse Fabian Cancellara (Leopard) a déjà jeté son dévolu.

Les équipes et les principaux engagés

Les 22 équipes (et les principaux engagés):
Espagne : Andalucia, Euskaltel (Igor Anton/ESP), Movistar
France: AG2R (Nicolas Roche/IRL), Cofidis (Rein Taaramae/EST, David Moncoutié/FRA)
Belgique: Omega Pharma (Van den Broeck/NED), Quick Step (Sylvain Chavanel/FRA)
Etats-Unis: HTC (Tony Martin/GER, Mark Cavendish/GBR), Garmin (Christophe Le Mével/FRA, Dan Martin/IRL), Skil-Shimano (Marcel Kittel/GER), RadioShack (Janez Brajkovic/SLO, Andreas Klöden/GER)
Italie: Geox (Carlos Sastre/ESP, Denis Menchov/RUS), Lampre (Michele Scarponi/ITA, Alessandro Petacchi/ITA), Liquigas (Vincenzo Nibali/ITA)
Danemark: Saxo Bank
Grande-Bretagne: BMC Racing, Sky (Bradley Wiggins/GBR)
Luxembourg: Leopard (Fabian Cancellara/SUI)
Kazakhstan: Astana (Andrey Kaschechkin/KAZ)
Pays-Bas: Rabobank (Luis Leon Sanchez/ESP, Oscar Freire/ESP), Vacansoleil
Russie: Katusha (Joaquin Rodriguez/ESP)

Les étapes

1re étape (samedi 20 août): Benidorm - Benidorm (contre-la-montre par équipes de 13,5 km)
2e étape (dimanche 21): La Nucia - Playas de Orihuela (174 km)
3e étape (lundi 22): Petrer - Totana (163 km)
4e étape (mardi 23): Baza - Sierra Nevada (170,2 km)
5e étape (mercredi 24): Sierra Nevada - Valdepenas de Jaén (187 km)
6e étape (jeudi 25): Ubeda - Cordoba (193,4 km)
7e étape (vendredi 26): Almadén - Talavera de la Reina (182,9 km)
8e étape (samedi 27): Talavera de la Reina - San Lorenzo de El Escorial (177,3 km)
9e étape (dimanche 28): Villacastin - Sierra de Bejar (183 km)
10e étape (lundi 29) Salamanca - Salamanca (contre-la-montre individuel de 47 km)
Journée de repos (mardi 30)
11e étape (mercredi 31) Verin - Estacion de Montana Manzaneda (167 km)
12e étape (jeudi 1er septembre) Ponteareas - Pontevedra (167,3 km)
13e étape (vendredi 2): Sarria - Ponferrada (158,2 km)
14e étape (samedi 3): Astorga - La Farrapona. Lagos de Somiedo (175,8 km) 15e étape (dimanche 4): Avilés - Alto de L'Angliru (142,2 km)
Journée de repos (lundi 5)
16e étape (mardi 6): Villa Romana La Olmeda (Palencia) - Haro (203,6 km)
17e étape (mercredi 7): Faustino V - Pena Cabarga (211 km)
18e étape (jeudi 8): Solares - Noja (174,6 km)
19e étape (vendredi 9): Noja - Bilbao (158,5 km)
20e étape (samedi 10): Bilbao - Vitoria (185 km)
21e étape (dimanche 11): Circuito del Jarama-RACE - Madrid (95,6 km)

Les principales difficultés

4e étape (mardi 23): Baza - Sierra Nevada (170,2 km). Une arrivée en altitude dès le quatrième jour de course, et peut-être déjà une occasion pour les leaders de s'expliquer. Avant le final dans la Sierra de Grenade- 2110m et point culminant de cette Vuelta- la Sierra de Filabres, un col de première catégorie inédit, attend les coureurs.

11e étape (mercredi 31): Verín - Estación de Montana Manzaneda (167 km). C'est sans conteste un des gros morceaux de cette Vuelta. La première des trois étapes galiciennes arrive au sommet de la Manzaneda, un col que n'a jamais emprunté le Tour d'Espagne jusqu'ici. Auparavant, les coureurs auront déjà franchi trois autres difficultés.

15e étape (dimanche 4): Avilés - Alto de L'Angliru (142,2 km). Sans doute l'étape reine de cette Vuelta. Seulement trois ans après qu'Alberto Contador y a construit son triomphe dans l'édition 2008, l'Angliru peut, avec ses passages à plus de 20% de pente, à nouveau être le juge de paix de cette Vuelta.

20e étape (samedi 10): Bilbao - Vitoria (185 km). L'avant-dernière étape, si elle n'a rien d'insurmontable, peut permettre aux prétendants à la victoire finale de tenter un dernier coup. Son parcours casse-pattes- quatre cols dont deux de première catégorie- s'y prête, ainsi que l'ambiance particulière d'un Pays basque auquel la Vuelta n'a plus rendu visite depuis 33 ans.

AFP