Peloton
Attention à ne pas traîner en fin de peloton | PASCAL GUYOT / AFP

Une nouvelle équipe française en 2015?

Publié le , modifié le

Aux côtés d'AG2R La Mondiale, de FDJ.fr, d'Europacr (Pro Team) et de Bretagne-Séché Environnement et de Cofidis (Continentale Pro), une nouvelle équipe française pourrait voir le jour la saison prochaine. Dans La Dépêche, Jean-Marie Sigal, ancien président d'Albi Vélo Sport, raconte tout le travail qu'il mène depuis trois ans pour créer cette structure. Son lieu de naissance sera Albi, avec un premier sponsor, Orbea, un fabricant de vélos basque. Il manque un autre sponsor, et environ 1 millions d'euros, pour boucler l'affaire et mettre sur la route ce projet. Ambition: participer au Tour de France.

Cela pourrait être la bonne nouvelle des prochaines semaines. Après la disparition de l'équipe Saur-Sojasun avant cette saison 2014, le cyclisme français pourrait voir une nouvelle formation apparaître dans le peloton international. A sa tête, Jean-Marie Sigal, ancien président d'Albi Vélo Sport, qui compte créer sa structure dans les prochains mois, à condition de trouver un sponsor supplémentaire: "Le projet a été boosté par l’engagement d’Orbea, fabricant de vélos basque, longtemps partenaire de l’équipe Euskaltel-Euskadi, désormais disparue", dit-il dans une interview à La Dépêche. "Le budget d’une saison est de l’ordre de 2,5 à 3 M€ et il nous manque un million, mais l’arrivée de ce partenaire nous a donné de la crédibilité. Nous avons trois touches sérieuses pour boucler le budget, mais malheureusement, il n’y a aucune entreprise française." Pour parvenir à cette création, le dirigeant se "donne 70% de chances de réussir". Si c'est le cas, elle portera le nom de X (pour le nom du prochain sponsor)-Orbea.

C'est donc sur les cendres de la formation Euskaltel que ce projet albigeois a pu prendre son envol, même s'il n'est pas encore totalement abouti. Et il se veut "novateur": "En France, la plupart des équipes sont dirigées par d’anciens coureurs qui ne sont pas des gestionnaires. Nous souhaitons créer une PME dans laquelle nos partenaires seront totalement intégrés aux décisions stratégiques. Un comité de pilotage sera mis en place avec un représentant de chaque partenaire pour faire entendre sa voix. Chez nous, l’entreprise passe avant le sportif et non l’inverse."

Un vainqueur d'étape du Tour dans le staff

Pour attirer encore des sponsors et donner de la crédibilité, Jean-Marie Sigal a déjà une idée de la composition de son staff: "L’encadrement technique sera constitué d’experts reconnus du monde du cyclisme et d’anciens coureurs, notamment un vainqueur d’une étape du Tour de France porteur du maillot jaune, avance-t-il, révélant recevoir beaucoup de CV de coureurs. L'équipe serait constituée de 23 personnes, dont 16 coureurs. Et l'objectif sportif sera simple: "A travers des wild-cards, l’équipe aura vocation à participer à toutes les grandes compétitions. Pour le Tour de France, ce ne sera pas avant 2016."

En décidant de se lancer dans la compétition, les bâtisseurs du projet ont opté pour une équipe Continentale Pro, c'est-à-dire la 2e division des formations professionnelles. C'est à ce niveau que courent les deux équipes Bretagne - Séché Environnement et Cofidis. Pour eux, il faut compter sur les invitations des organisateurs des plus grandes épreuves pour y prendre part. Ce n'est pas le cas de ceux qui évoluent en 1ère division (Pro Team), comme AG2R La Mondiale, FDJ.Fr et Europcar. Mais les budgets sont moins importants. Et l'argent est bien sûr le nerf de la guerre dans un cyclisme où les disparitions d'équipes sont régulières.