Sylvain Chavanel
Sylvain Chavanel | ERIC FEFERBERG / AFP

Tour des Flandres : L'année Chavanel ?

Publié le , modifié le

Deuxième de l'édition 2011, Sylvain Chavanel sera la plus sérieuse chance française de podium ce dimanche, sur le Tour des Flandres (à suivre dès 15h20 sur France 3 et francetvsport.fr). Enfin sorti de l'ombre de Tom Boonen dans laquelle il évoluait l'an passé, le Poitevin aborde le "Ronde" avec l'étiquette de leader d'IAM Cycling. Et il a les crocs.

Le Tour des Flandres en direct

"Il n'y a qu'un favori. C'est Cancellara". Sylvain Chavanel ne tergiverse pas quand il doit s'adonner au petit jeu des pronostics : pour lui, le Suisse est tout simplement intouchable sur le Tour des Flandres. Tom Boonen ? "Il n'est pas plus fort que les années précédentes". Peter Sagan ? "Cancellara le fera sauter de sa roue".

Et Chavanel, alors ? "Je suis en forme, assure le Français. J'ai fini cinquième d'A Travers la Flandre, et j'étais arrivé pour la victoire à Milan-San Remo. Je n'ai pas fait Gand-Wevelgem, ni La Panne. A dessein, car je souhaitais arriver frais dimanche. J'ai quinze jours de course en moins que l'an dernier à la même époque." Du coup, sans vraiment l'avouer, le coureur de 34 ans espère bien se mêler une nouvelle fois à la bataille finale, comme il l'avait fait en 2011 (2e devant "Spartacus"), et comme il avait failli le faire en 2012 (10e à 38 secondes de Boonen). 

"Certains n'ont pas de limite. Moi si."

Car si le contingent français s'annonce particulièrement fourni cette année, avec plusieurs chances intéressantes (Gallopin, Démare, Offredo, Ladagnous, Turgot), Chavanel en est bien le chef de file. Parti du côté d'IAM Cycling l'été dernier, le Tricolore abordera la plus populaire des classiques belges avec l'étiquette de leader incontesté de sa formation. "Nous sommes venus dans les Flandres avec un esprit de conquête et de réelles ambitions", a prévenu Eddy Seigneur, le directeur sportif de l'équipe suisse. 

Dans cette optique, Chavanel espère piéger les gros bras en tentant de jouer au plus malin : "Au Ronde, il vaut toujours mieux avoir un coup d'avance, prévient-il. Il serait préférable d'anticiper". Le coureur de Châtelleraut redoute en effet "la deuxième ascension du Quaremont", où "on n'arrête plus d'enchaîner les monts sans place de récupération". D'autant que Chavanel n'est pas très à l'aise lorsqu'il s'agit de jouer des coudes. "Je ne sais pas si c'est l'âge mais j'ai de plus en plus de mal à frotter, explique-t-il. Il y en a qui prennent tous les risques, qui n'ont pas de limite. Moi si." Il va pourtant falloir se faire violence pour espérer succéder à Jacky Durand, le dernier lauréat français. C'était il y a 22 ans.

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer

UCI World Tour