Tom Boonen (Etixx-Quick Step) salue ses fans après Paris-Roubaix
Tom Boonen (Etixx-Quick Step) salue ses fans après Paris-Roubaix | BENOIT DOPPAGNE / BELGA MAG / BELGA

Tom Boonen fait contre mauvaise fortune, bon cœur

Publié le , modifié le

Dauphin de l’inattendu Mathew Hayman, le quadruple vainqueur de Paris-Roubaix a raté une immense occasion de devenir le seul recordman de succès sur la Reine des classiques, devant Roger De Vlaeminck. Mais la façon dont il a animé la course, quatorze ans après un premier podium (3e en 2002), réjouit tout de même le champion qui se demande du coup s’il ne va pas effectuer une ultime saison en 2017. Les Belges ne seraient pas contre alors que pas un d’entre eux n’a gagné de Monument (les cinq grandes classiques) depuis 2012.

Malgré l’ovation méritée qu’il a reçue de la part de ses chauds supporters, le sourire n’était que de façade. « C’est la déception qui prédomine », a lâché Tom Boonen quelques minutes après l’arrivée où il avait pris le temps d'aller saluer son bourreau. « J’ai essayé de faire le maximum pour gagner. On a travaillé très dur tous les cinq et on pouvait tous gagner », a confié la star d’outre-Quiévrain avant de décrire plus précisément la fin de course.

"J'ai perdu la course juste avant le dernier virage"

« Dans les deux derniers kilomètres, on a joué un peu tous les deux avec Mathew pour savoir qui prendrait la tête. Je voulais prendre la tête pour le dernier virage mais il m’a passé aux 300 mètres. Je n’ai pas bien pu relancer parce que Sep Vanmarcke me gênait un peu. C’est à ce moment-là que j’ai perdu la course. Celui qui arrive en tête au dernier virage gagne toujours », a-t-il expliqué après avoir lâché un soupir. 

Interrogé sur la stratégie de l’équipe Etixx-Quick Step, Tom Boonen a déclaré qu’elle était claire. « On voulait rendre la course difficile. Le plan était bon, comme sur les autres courses, même si ça s’est mieux passé ici. Je tiens d’ailleurs à saluer le travail énorme de Tony Martin ».

"J'ai couru avec mon coeur et ma tête"

« Je suis déjà très content d’être revenu à ce niveau après ma blessure », a-t-il poursuivi. « Je ne dois pas faire la fine bouche de cette 2e place. Ce matin, j’ai reçu un message du médecin qui m’avait opéré à Abu Dhabi (en octobre après sa chute). Il m’a dit que je pouvais courir à fond aujourd’hui, que je n’avais rien à craindre. Mon objectif était de gagner ici. Mais quand tu fais tout pour gagner, il y a une possibilité pour que tu perdes ».

Puis la satisfaction prend le pas sur le fatalisme. « C’était une course avec du K.O., des chutes, des crevaisons. J’ai été heureux d’y participer même si la fin est dure. Je préfère ça à voir la course à la télévision », a souligné le Flamand. « J’ai couru avec mon cœur et ma tête aujourd’hui, a encore confié la vedette du cyclisme belge qui regrettera peut-être d’avoir voulu attaquer (deux fois) pour terminer seul alors qu’il aurait pu économiser quelques forces en vue du sprint.

>
Quant à la suite, elle est beaucoup moins certaine qu’il y a quelques semaines pour celui qui laissait planer le doute sur une éventuelle retraite. « Je vais prendre quelques jours de vacances maintenant parce que j’ai dû beaucoup travailler pour revenir à un bon niveau. Je vais finir la saison, c’est certain. Et on verra ensuite. Mais ce n’est pas la plus mauvaise chose de finir 2e. Ca peut me remotiver pour effectuer une ultime saison ».

Grégory Jouin @GregoryJouin

UCI World Tour