Thibaut Pinot monte en puissance

Thibaut Pinot monte en puissance

Publié le , modifié le

Troisième du Tour de France en 2014, Thibaut Pinot caresse toujours l'espoir d'un podium sur la Grande Boucle, et sa forme actuelle laisse penser qu'il n'en a jamais été autant capable. Sa deuxième place sur le Tour de Romandie -son premier podium sur une course World Tour- est une performance qui confirme que le coureur de la FDJ aura de grandes ambitions au départ du Tour (du 2 au 24 juillet).

Abonné aux quatrièmes places sur les épreuves World Tour, du Tour de Suisse 2013 et 2015 à celui du Pays basque 2016, en passant par le Tour de Romandie et le Tirreno-Adriatico 2015, Thibaut Pinot vient enfin de franchir un cap. "Mon début de saison est réussi", peut se satisfaire le Franc-Comtois qui vient de signer une belle deuxième place sur le Tour de Romandie, derrière l'intouchable Nairo Quintana qu'il qualifie de "meilleur grimpeur du monde".

Le contre-la-montre devient son atout

"Quintana était le plus fort, mais c'est un excellent résultat. C'était frustrant de terminer quatrième à chaque fois sur ces courses. Au final, le bilan est très bon", indique le coureur de 25 ans qui est surtout très heureux d'avoir remporté l'épreuve contre-la-montre, lors de la 3e étape. "C'est une victoire importante, et à choisir, je préfère avoir gagné le contre-la-montre plutôt qu’une étape de montagne, car je n'en suis pas un vrai spécialiste", a-t-il souligné, content d'avoir vu son travail sur cette épreuve spécifique récompensé.

Depuis sa première victoire d'étape sur le Tour en 2012 à Porrentruy, sa progression reste constante, et devenir performant dans le contre-la-montre est un atout indéniable pour prétendre à un bon classement sur une épreuve de trois semaines. Troisième du général lors de l'édition 2014, vainqueur de l'étape prestigieuse de l'Alpe d'Huez l'an passé, Thibaut Pinot peut légitimement avoir de grandes ambitions pour le grand rendez-vous de cet été.

"Encore travailler pour progresser"

"On va essayer de progresser pour être en forme, pour le Tour de France. Par rapport à un coureur comme Quintana, ce qui me manque c'est peut-être un peu de talent. C'est le meilleur grimpeur du monde, ce qui n'est pas mon cas. Chacun ses qualités, et je vais encore travailler pour progresser. J'essaie de gommer cet écart par rapport à mes qualités de rouleur, notamment", a-t-il dit, fort de quatre victoires cette saison.

Outre ses qualités individuelles, le coureur de la FDJ peut aussi compter sur toute une équipe. "Je me sens bien dans cette équipe, mes coéquipiers ont fait un bon travail", a-t-il rappelé, conscient que pour atteindre les sommets sur la Grande Boucle, il aura besoin de tous les atouts de son côté.

Romain Bonte