Richie Porte
Richie Porte | AFP - LIONEL BONAVENTURE

Porte, la nouvelle flèche de Sky

Publié le , modifié le

Vainqueur de Paris-Nice, 2e du Critérium International comme du Tour du Pays Basque, Richie Porte est la nouvelle révélation du début de saison chez Sky. Dans l'ombre de Bradley Wiggins et de Chris Froome, l'Australien s'affirme comme un troisième leader majeur de la formation britannique. Pour la première fois de sa carrière, il va prendre le départ de la Flèche Wallonne, demain, puis de Liège-Bastogne-Liège, dimanche. Avec ambitions.

Le mur de Huy, c'est sa planche de salut. Pour tous les participants à la Flèche Wallonne, cette ascension, gravie à trois reprises, est un cauchemar. Mille trois cents mètres de montée à 9.3%, c'est un vrai mur. C'est ici que se joue toujours la victoire. C'est ici que Richie Porte rêve d'atteindre un premier sommet dans sa carrière. A 28 ans, arrivé l'année dernière dans la rutilante formation Sky pour épauler Bradley Wiggins et Chris Froome, les deux grands leaders et favoris pour le prochain Tour de France, l'ancien triathlète a montré qu'il avait des épaules plus larges. Il a en tout cas confirmé le talent qu'il avait diffusé lors du Giro 2010, année de son passage en professionnel, où il avait porté durant trois jours le maillot rose de leader avant de finir 7e du général, son meilleur résultat dans un grand Tour.

Lors de la première course à étapes majeure de la saison, Paris-Nice, il s'est imposé. Au Critérium International, sur les routes de corse qu'empruntera la Grande Boucle cet été, il a bien failli garder son maillot de leader, mais Froome le lui a subtilisé lors de l'ultime étape, lors de la dernière ascension. Sur le Tour du Pays Basque, fatigué, il doit laisser la victoire au Colombien Nairo Quintana (Movistar). Point commun de ces trois faits d'armes: des parcours accidentés, où Porte a brillé, comme sur la montagne de Lure ou le col d'Eze sur Paris-Nice, le col d'Ospedale sur le Critérium ou encore la 5e étape du Tour du Pays Basque qu'il a gagnée, avec quatre ascensions majeures. 

Du talent et du panache

Lui, l'homme qui a commencé à briller sur les épreuves de contre-la-montre (6e des Mondiaux en 2011), est devenu un sacré client lorsque la route s'élève. Ses récentes performances le prouvent, notamment en Corse où il avait réduit l'écart avec Chris Froome, parti en solitaire. Du talent, mais aussi du panache, l'Australien ne manque de rien. Dans le mur de Huy, il peut faire la différence. Et en l'absence de Bradley Wiggins, présent sur le Tour du Trentin, et de Froome, qui ne sera aligné que sur la "Doyenne", Richie Porte sera l'une des armes maîtresses de Sky. "Quand j'ai signé pour Sky (fin 2011), le plan était clairement  d'aider Wiggins et d'apprendre. C'est ce que je suis en train de faire", disait-il voici peu de temps. S'il s'illustrait ce mercredi sur la Flèche Wallonne ou dimanche sur Liège-Bastogne-Liège, il franchirait une nouvelle étape. Suffisante pour donner davantage de tracas à son manageur général, David Brailsford, déjà obligé de choisir entre Wiggins et Froome au poste de leader pour le prochain Tour ?