Les cinq leçons à tirer de l'édition 2015 de Tirreno-Adriatico

Les cinq leçons à tirer de l'édition 2015 de Tirreno-Adriatico

Publié le , modifié le

Disputée dans des conditions hivernales avec notamment des chutes de neiges peu communes le jour de l'arrivée en altitude au sommet du Terminillo, l'édition 2015 de Tirreno-Adriatico a vu le sacre de Nairo Quintana, et la montée en puissance du Français Thibault Pinot. Mais pas seulement.

Nairo Quintana au sommet

Nairo Quintana s'est imposé dans la neige au sommet du Terminillo.
Nairo Quintana s'est imposé dans la neige au sommet du Terminillo.

L'image qui restera de ce Tirreno-Adriatico 2015 est la victoire en solitaire du grimpeur colombien Nairo Quintana sur les pentes du Terminillo. Sur une route enneigée et sous une tempête de flocons, le leader de la Movistar a décramponné tout le monde lors de la seule véritable étape de haute montagne. En une attaque, où personne n'a pu prendre sa roue, Quintana a montré qu'il était au-dessus de ses concurrents pour le Tour de France sur des pentes très dures en reléguant tout le monde à plus de 40 secondes. Une performance assez rare dans le cyclisme moderne. Alberto Contador n'a pu que constater les dégâts, et Vicenzo Nibali était très loin. Mais le Colombien a affiché quelques limites en contre-la-montre lors de la dernière étape autour de San Benedetto del Tronto où il a terminé à la 55e place. Suffisant cependant pour contenir Bauke Mollema, son daupin, et remporter l'une des plus belles course-par étapes du World Tour. 

Thibault Pinot, la montée en puissance

Le grimpeur français de la FDJ a montré de réels progrès en montagne sur Tirreno-Adriatico.
Le grimpeur français de la FDJ a montré de réels progrès en montagne sur Tirreno-Adriatico.

Le troisième et maillot blanc du dernier Tour de France a décroché une belle 4ème place sur les routes italiennes. S'il peut nourrir une petite déception d'avoir raté le podium pour quatre secondes derrière Uran, Thibault Pinot a accumulé de la confiance en vue du mois de juillet. Au niveau des tous meilleurs en montagne, on l'a vu à l'attaque. Les conditions difficiles ne l'ont pas gêné. Le top 5 était son objectif avant de débarquer en Italie, c'est mission réussie. 

Peter Sagan lève à nouveau les bras

Le Slovaque Peter Sagan a remporté la quatrième étape de Tirreno-Adriatico.
Le Slovaque Peter Sagan a remporté la quatrième étape de Tirreno-Adriatico.

Le Slovaque restait sur une longue de série de dix deuxième places et neuf mois d'insuccès. Une période d'abstinence qui commençait à ronger sa confiance. Sa victoire au sprint lors de la cinquième étape de Tirreno-Adriatico le remet en selle au moment parfait, une semaine avant son premier grand objectif de la saison: Milan-San Remo. "Cela ne me convenait pas de faire tout le temps deuxième, parce que j'aime gagner", confiait-il après sa victoire. "Mais j'ai pris ça comme une expérience de la vie où l'on a des hauts et des bas".

Fabian Cancellara montre les muscles

Fabian Cancellara fête sa victoire sur le contre-la-montre de Tirreno-Adriatico.
Fabian Cancellara fête sa victoire sur le contre-la-montre de Tirreno-Adriatico.

Autre prétendant à la victoire sur Milan-San Remo, "Spartacus" s'est rassuré sur son état de forme à quelques jours de la Primavera. Cancellara a remporté mardi le court chronomètre (10 km) de la dernière étape de la Course des deux mers, se rachetant du prologue qu'il avait laissé échapper pour une petite seconde. La veille de son 34e anniversaire, le Suisse n'est pas encore trop usé par le poids des années sur son vélo.

Alberto Contador pas encore à 100%

Alberto Contador a souffert dans la neige de Tirreno-Adriatico.
Alberto Contador a souffert dans la neige de Tirreno-Adriatico.

Après sa défaite pour une poignée de secondes dans le Tour d'Andalousie face à Chris Froome, Alberto Contador avait prévenu qu'il ne s'était pas autant entraîné que l'année dernière pour arriver frais sur les routes du Giro, premier objectif de son ambition dévorante: réaliser le doublé Giro-Tour de France. Les observateurs pensaient alors qu'Alberto bluffait, tellement il semblait affûter sur les routes espagnoles. Mais à l'évidence, le leader de l'équipe Tinkoff n'était pas à 100% sur les routes de Tirreno-Adriatico qu'il a achevé à la 5e place. Plus inquiétant, il n'a rien pu faire face à Nairo Quintana, qui sera l'un de ses grands rivaux sur le prochain Tour de France. 

Camille Belsoeur @camBelsoeur

UCI World Tour