Julian Alaphilippe a marqué Paris-Nice de son empreinte
Julian Alaphilippe a marqué Paris-Nice de son empreinte | Philippe LOPEZ / AFP

Les cinq choses à retenir de Paris-Nice 2017

Publié le , modifié le

Animé comme rarement, tendu jusqu'au dernier jour, le Paris-Nice 2017 a été enthousiasmant du début à la fin. Retour sur les cinq enseignements de la semaine.

►Julian Alaphilippe, le nouveau chouchou

Il n'y avait qu'à écouter le public massé sur les bord de route de ce Paris-Nice pour comprendre que Julian Alaphilippe est le nouveau chouchou du public français. Toujours souriant, le coureur de Quick-Step Floors n'en finit plus de gagner les coeurs à force d'attaques et de panache. Mieux, Alaphilippe assure aussi le service après-vente. Jamais avare d'un sourire ou d'un bon mot, la star de ce Paris-Nice ressemble beaucoup à Sagan dans cette manière qu'il a de donner au cyclisme un coup de jeune pas désagréable.

►Sky est souveraine sur la "Course au soleil"

Bradley Wiggins en 2012, Richie Porte en 2013 et 2015, Geraint Thomas en 2016, Sky a fait de Paris-Nice, sa chasse quasi-gardée. Le seul Carlos Betancur s'est glissé au milieu de cette série en remportant la course en 2014. La 75e édition ne déroge pas à la règle avec le succès de Sergio Henao. Le Champion de Colombie sur route s'est fait discret tout au long de la semaine et a attendu que Julian Alaphilippe craque sur les pentes de Couillole pour prendre le maillot jaune avant de résister ce dimanche.

►Arnaud Démare est en forme​

Certes, le Picard a abandonné samedi lors de l'étape reine de ce Paris-Nice mais dimanche dernier, à Bois d'Arcy, Arnaud Démare a montré qu'il était fort, voire très fort. Présent dans la bonne bordure dans une étape dantesque, le coureur de la FDJ  a été cherché un Alaphilippe, qu'on allait découvrir aérien dans les jours qui suivaient, dans la dernière bosse du jour avant de le régler au sprint. Maillot jaune jusqu'à mercredi, Démare est bien préparé pour la défense de son titre sur Milan-San Remo. 

►La nouvelle vague du sprint​

On le disait, on le répétait dimanche dernier à Bois d'Arcy, le plateau des sprinteurs était impressionnant sur ce Paris-Nice 2017. Kittel, Greipel, Degenkolb, Matthews, Groenewegen, Démare, Bouhanni, Coquard... De tous ces grands noms, les seuls Démare et Greipel l'ont emporté, et ce n'était pas dans un sprint massif pour le Français. A Amilly, c'est l'Italien Sonny Colbrelli (26 ans) qui s'est imposé alors que Sam Bennett l'a emporté à Châlon-sur-Saône. De nouvelles têtes qui viennent défier les habituels vainqueurs. 

►Bouhanni et Bardet, la soupe à la grimace​

L'un a quitté la course dès dimanche, l'autre a rendu le dossard lundi. Romain Bardet et Nacer Bouhanni ont vécu un Paris-Nice bien frustrant. Venu avec des ambitions, le leader d'Ag2r-La Mondiale a été mis hors course pour s'être accroché trop longtemps à sa voiture après avoir chuté. A Paris-Nice pour préparer son grand objectif Milan-San Remo, le sprinteur de Cofidis n'a pas supporté le froid et la pluie des deux premiers jours. Et ce sont des programmes à repenser pour les deux.