Sylvain Chavanel 2e du Tour des Flandres 2011 derrière Nick Nuyens
Sylvain Chavanel 2e du Tour des Flandres 2011 derrière Nick Nuyens | YORICK JANSENS / BELGA / AFP

Le Tour des Flandres, la grande classique la plus hostile aux Français

Publié le , modifié le

Seuls trois coureurs tricolores peuvent se targuer d’avoir inscrit leur nom au palmarès du Ronde van Vlaanderen dont la 100e édition se tient ce dimanche: Louison Bobet en 1955, Jean Forestier l’année suivante, et l’inattendu Jacky Durand en 1992. Des scores très éloignés de ceux établis dans les autres monuments du cyclisme qui confirment la difficulté pour les représentants nationaux de briller sur les routes flamandes nonobstant leur talent intrinsèque. Même si la domination belge y est beaucoup moins prononcée que dans les années 80 ou 90.

Si Arnaud Démare a mis fin à 19 ans d’attente nationale en enlevant Milan – San Remo il y a deux semaines, le Tour des Flandres attend un vainqueur français depuis 1992. Certes cela fait moins longtemps que Liège-Bastogne-Liège (1980, Bernard Hinault) mais le Ronde résiste davantage aux coureur français que la Doyenne (seulement trois succès depuis 1913 cotre six en Wallonie depuis 1892, 11 au Tour de Lombardie, 13 à Milan-San Remo et carrément 27 à Paris-Roubaix).

Chavanel est passé tout près

Depuis quarante ans, hormis la surprise Jacky Durand, seuls deux Français ont pu espérer conclure victorieusement à Audenarde : le véloce Frédéric Moncassin (2e en 1997 derrière le Danois Rolf Sorensen), et surtout l’endurant Sylvain Chavanel il y a cinq ans. Le natif de Châtellerault était sans doute le plus fort ce jour-là mais il s’était montré trop respectueux des consignes d’équipe et de son leader Tom Boonen pour finalement s’incliner d’une demi-roue face au Belge Nick Nuyens.

Hinault et Jalabert absents du palmarès

Excepté Louison Bobet, victorieux de quatre des cinq grandes classiques (à l’exception de Liège-Bastogne-Liège), aucune des stars françaises n’a réussi à dompter ce parcours pavé et vallonné, si difficile : ni Jacques Anquetil, ni Laurent Fignon, ni Laurent Jalabert, ni Bernard Hinault, le Breton comptant pourtant trois des cinq monuments à son palmarès (Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie).

Quinze jours après son exploit sur la Via Roma, Arnaud Démare rêve de s’adjuger ce Tour des Flandres récalcitrant envers les coureurs hexagonaux quoique plus ouvert lors de la dernière décennie (cinq lauréats étrangers dont les trois derniers vainqueurs, Cancellara deux fois et Alexander Kristoff). A lui et autres Français de jouer.

Grégory Jouin @GregoryJouin

UCI World Tour