Alexander Kristoff (Katusha)
En l'absence de Degenkolb, vainqueur l'année dernière le sprinter norvégien Alexander Kristoff pourrait jouer les premiers rôles. | DE WAELE Tim / TDWsport Sarl / DPPI media

GP de Plouay : la vingtième de Kristoff

Publié le , modifié le

Que de monde au départ du GP Plouay ce dimanche : des vainqueurs d’étape sur le Tour comme Marcel Kittel et Alexis Vuillermoz, des anciens champions du monde comme Tom Boonen et Rui Costa. Et de sacrés Français, comme Warren Barguil et Julian Alalphilippe. Au final, c’est Alexander Kristoff (Katusha) qui l'emporte au terme d’un final plein de suspens.

Les courses UCI World Tour ont généralement à chaque fois le même scénario : une échappée prend le large, et le peloton contrôle jusque la dernière heure de course, où les meilleurs s’expliquent. Le Grand Prix de Plouay n’a pas échappé à la règle, avec pour cinq hommes composant l’échappée du jour : Backaert (Wanty Gobert), Beppu (Trek Factory), Delaplace (Bretagne Séché Environnement), Jauregui (AG2R La Mondiale) et Pichot (Europcar). Le groupe de tête compte jusque onze minutes d’avance, le peloton gère. A 50km de la ligne, l’échappée n’a déjà plus qu’1’26 d’avance. Les fuyards sont rejoints au sommet de la côte de Ty-Marrec.

Tim Wellens (Lotto Soudal), vainqueur de l’Eneco Tour, tente sa chance à son tour. Il est vite rattrapé par quatre autres compagnons d’échappée : Lutsenko (Astana), Deignan (Sky), Clarke (Orica) et Dillier (BMC). Les équipes de sprinteurs, Etixx pour Boonen ou Alaphilippe, et Europcar pour Coquard, se mettent à rouler et l’écart n’est jamais trop important. L’échappée se disloque peu à peu et ils ne sont plus que deux à résister au peloton : Lutsenko, et Dillier, dont l’avance n’est que d’une dizaine de secondes. Le sommet de la côte de Ty Marrec sonne le glas du groupe de tête, à 3.6 kilomètres de l’arrivée.

Ils sont alors plusieurs à tenter leur chance, pour éviter qu’il n’y ait un nouveau sprint massif sur la longue avenue de Plouay, dont Greg Van Avermaet, vainqueur sur les routes du Tour de France, qui tente de faire le kilomètre. Mais ce n’est pas suffisant néanmoins pour espérer réaliser le même coup que l’an passé. C’est donc un sprint massif qui attend les coureurs. Alexander Kristoff, bien armé par ses coéquipiers, est placé de la meilleure des manières. Il remporte aisément la course, sa vingtième de la saison. Un grand champion, pour une grande course, qui était organisée pour la dernière fois en circuit. Les premiers Français, Anthony Roux (FDJ) et Armindo Fonseca (Bretagne Séché) terminent respectivement 6e et 7e. 

Le dernier kilomètre de la course :