Geraint Thomas
Geraint Thomas | AFP

Du beau monde pour la résurrection du Tour d'Allemagne

Publié le , modifié le

Geraint Thomas, vainqueur du Tour de France, Tom Dumoulin et Romain Bardet seront les têtes d'affiche du Tour d'Allemagne qui reprend ce jeudi après 10 ans d'interruption, confirmant outre-Rhin le retour progressif d'un sport longtemps boudé par le public et les sponsors après les affaires de dopage.

"C'est évidemment magnifique de voir le retour d'un Tour d'Allemagne, c'est en soi un signe important. Pour nous, coureurs allemands, c'est super d'être au départ", se réjouit le sprinteur Marcel Kittel

La première étape de cette nouvelle édition, organisée par ASO (organisateur du Tour de France), mène le peloton de 132 coureurs de Coblence à Bonn, l'ancienne capitale fédérale jusqu'à la réunification de la RFA et de la RDA communiste en 1990. L'arrivée sera jugée dimanche à Stuttgart, après quatre jours de course et 737,5 kilomètres .

ASO a choisi un format court, afin de donner des fondations solides à une épreuve qui disparut en 2009 faute de sponsors et de soutien des médias. "Il n'est pas possible que l'Allemagne n'ait pas son Tour, nous avons besoin de cette plateforme pour continuer à développer le cyclisme", assure Claude Rach, le directeur de la course. "Mais nous commençons modestement et ne voulons pas d'une course de trois semaines, précise-t-il. Nous démarrons sur une base saine et nous voulons la développer, si c'est possible".

Summum du désamour

Car contrairement à ce qui arrive pour le Tour de France, trouver des villes étapes n'a pas été facile, et ASO a essuyé nombre de refus de municipalités. L'affaire du contrôle anormal de Chris Froome, qui n'était pas réglée au moment où ce Tour s'est mis en place, n'a pas non plus aidé, dans un pays qui s'était brutalement détourné du cyclisme à la fin des années 2000, écœuré par les révélations en cascade sur les cas de dopage.

Le summum du désamour avait été atteint en 2007, lorsque la télévision publique avait décidé de ne plus retransmettre le Tour de France. Après un retour et un nouveau boycott à partir de 2012, ARD, la première chaîne, ne reviendra définitivement qu'en 2015. 

Et si en 2001, l'Allemagne organisait encore 20 courses professionnelles, il n'en reste plus que six aujourd'hui, dont seulement deux estampillées World Tour. L'épreuve la plus prestigieuse reste la Cyclassics d'Hambourg, course d'un jour programmée, remportée le 19 août par Elia Viviani. Le Tour d'Allemagne est la seule épreuve par étapes.

En 2017, ASO avait réussi un test en organisant le grand départ du Tour de France à Düsseldorf. Mais le vif succès populaire n'avait pas totalement éclipsé la défiance des médias envers le cyclisme. Jan Ullrich, unique vainqueur allemand de la Grande Boucle (1997) qui a avoué - après sa carrière - s'être dopé, n'avait pas été invité au départ.
 

AFP

UCI World Tour