Jakob Fuglsang a été contraint à l'abandon.
Jakob Fuglsang a été contraint à l'abandon. | Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Dopage: un rapport établit un lien entre Fuglsang et le docteur Ferrari (presse danoise)

Publié le , modifié le

Le coureur danois Jakob Fuglsang (Astana), vainqueur notamment du Critérium du Dauphiné et de Liège-Bastogne-Liège en 2019, fait l'objet d'une enquête des instances antidopage du cyclisme mondial pour des liens supposés avec le sulfureux médecin italien Michele Ferrari, affirme dimanche le journal danois Politiken.

"Un renseignement de la CADF indique que le coureur d'Astana Jakob Fuglsang fait partie de l'entreprise de dopage de Michele Ferrari, et que son équipier Alexey Lutsenko était présent lors d'au moins une rencontre entre eux à Nice/Monaco", indique un rapport de la fondation antidopage (CADF), qui s'occupe des contrôles antidopage pour l'Union cycliste internationale (UCI), selon Politiken.

"La CADF a obtenu des renseignements suggérant que Michele Ferrari continue d'être impliqué dans le dopage d'athlètes de l'équipe Astana, et qu'il se serait rendu à Monaco et dans d'autres lieux pour rencontrer les coureurs", poursuit le rapport, selon la même source. Ferrari aurait notamment été présent sur le Tour de Catalogne en mars 2019.
 

Fuglsang (34 ans) a récemment prolongé son contrat avec Astana. Malgré son abandon sur chute en dernière semaine du Tour de France, le Danois sort de la saison la plus aboutie de sa carrière après ses victoires sur Liège-Bastogne-Liège, le Critérium du Dauphiné et le Tour d'Andalousie.

Pour rappel, le médecin italien Michele Ferrari est suspendu à vie par l'Agence américaine antidopage (Usada) pour avoir aidé Lance Armstrong à se doper. Il a également travaillé avec le champion olympique 2012 Alexandre Vinokourov, suspendu deux ans en 2007 pour dopage sanguin, et actuel directeur sportif d'Astana.

à voir aussi Dopage: L'affaire "Aderlass" touche les JO, le Tour et des Mondiaux Dopage: L'affaire "Aderlass" touche les JO, le Tour et des Mondiaux

Astana a affirmé être en contact avec l'UCI et la CADF "pour en savoir plus": "Pour le moment, aucune procédure n'a été engagée contre un coureur affilié à l'équipe. Astana est convaincue que si la CADF avait des preuves d'actes répréhensibles, une procédure disciplinaire aurait été immédiatement engagée.

Fuglsang, qui privilégie cette année le Giro (en mai) plutôt que le Tour de France, reste donc autorisé à courir. "La CADF, l'organisme indépendant mandaté par l'UCI pour définir et mettre en oeuvre la stratégie antidopage du cyclisme, mène ses enquêtes en toute indépendance", a déclaré à l'AFP la fédération internationale. "Notre fédération suit de près ce dossier et prendra les mesures jugées appropriées dans l'intérêt du cyclisme".

AFP

UCI World Tour