Thibaut Pinot
Thibaut Pinot avait brillé sur le dernier Tour de Romandie | NICOLAS GOTZ/MAXPPP

Barguil, Pinot, Démare, ces Français qui se préparent au Tour de Suisse

Publié le , modifié le

Pas si loin du Critérium du Dauphiné géographiquement mais bien plus éloignés médiatiquement, Warren Barguil, Arnaud Démare et Thibaut Pinot sont les trois têtes d’affiches françaises à avoir choisi le Tour de Suisse pour préparer le Tour de France.

Le Critérium du Dauphiné réussi plutôt bien aux Français avec trois victoires en trois jours. Et pourtant, tous les meilleurs français n’ont, paradoxalement, pas choisi les routes des Alpes pour aborder la dernière partie de la préparation pour la Grande Boucle (4-26 juillet). Certains préfèrent les bucoliques routes suisses et la tranquillité helvétique. Pour Thibaut Pinot, c’est une habitude depuis 2012, l’année de sa première victoire d’étape sur le Tour. De là à y voir une coïncidence... Arnaud Démare lui aime varier les plaisirs : Suisse en 2013, Dauphiné en 2014 et de nouveau la Confédération en 2015 donc. Enfin, Warren Barguil avait déjà pris ses quartiers dans le pays de Roger Federer en 2014. Pourquoi ce choix alors que le Critérium emprunte beaucoup de portions que les coureurs, et donc sauf catastrophe ces trois-là, retrouveront lors du prochain Tour de France ? Car la pression y est moindre ? Peut-être. Car l’on peut y travailler les automatismes plus tranquillement ? Aussi, sans doute : "Thibaut connaît l'approche et la gestion nécessaire sur cette épreuve pour y avoir déjà participé quatre fois. L'objectif en Suisse sera de travailler le collectif et de finaliser les automatismes d'une partie de l'équipe pressentie pour disputer ensemble le Tour de France", a fait savoir la formation FDJ.

Pinot favori ?

Souvent le parent pauvre du Critérium du Dauphiné, le Tour de Suisse a eu, cette année, encore plus de mal à réunir des grands noms. Froome et Nibali en France, Contador et Quintana absents, le classement général sera pour le moins ouvert. Pêle-mêle, on peut citer Kwiatkowski, Heano, Gesink, Ten Dam, Anton, Van Den Broeck et… Pinot ou Barguil comme possible vainqueur. Du coté de la Suisse, on n’hésite d’ailleurs pas à faire du 3e du dernier Tour de France le favori de l’épreuve. C’est vrai que parmi ces noms, il est le coureur avec le plus de résultats sur des courses par étapes (4e de Tirreno et en Romandie avec une étape cette saison). Une victoire finale annulerait de fait le côté moins médiatique du Tour de Suisse mais gonflerait la confiance du petit protégé de Marc Madiot.

Cette année, les organisateurs ont eu la main légère avec la montagne puisque seules deux étapes sont réellement de "haute montagne". Néanmoins, le cinquième jour fera le bonheur de Thibaut Pinot avec une arrivée en Autriche sur le terrible glacier du Rettenbachferner à Sölden qui culmine à 2669 mètres et propose 11,4 kilomètres d’ascension à 10,8% de moyenne. De quoi s’étalonner avant la Grande Boucle. Cette étape devrait aussi plaire à Warren Barguil, très en vue sur la dernière Vuelta (8e) et qui découvrira le Tour en juillet après la frustration de 2014.

Un plateau de sprinteurs de choix

Et si Arnaud Démare avait choisi la Suisse pour se frotter à ce qui se fait de mieux sur le sprint mondial ? Récent double vainqueur d’étape sur le Tour de Belgique, le champion de France en titre connaît une saison 2015 compliquée. Pas encore victorieux en World Tour, il arrive néanmoins en Suisse avec la confiance emmagasinée en Belgique. Et il en aura besoin.

Kristoff, Degenkolb, Sagan, Cavendish… Ils se sont tous donné rendez-vous sur le Tour de Suisse pour en découdre. Dans cet amas de lévriers affamés, Arnaud Démare apparaît comme le moins rapide mais son choix pourrait lui permettre d’être déjà dans le rythme du Tour de France. Depuis la Suisse.