Turgot: "Une grosse récompense pour moi"

Turgot: "Une grosse récompense pour moi"

Publié le , modifié le

Le coureur d’Europcar Sébastien Turgot, 28 ans, a réalisé un joli coup dimanche lors de la 110e édition de Paris-Roubaix en décrochant une belle deuxième place derrière le "roi" belge Tom Boonen. Souvent placé sur des étapes du Tour de France, troisième de Paris-Tours en 2008, il a passé pour son troisième Paris-Roubaix un nouveau cap. Il "espère" maintenant que cela va être un "gros" déclic pour en gagner une "belle" dans le futur…

Comment avez-vous vécu cette course ?
SEBASTIEN TURGOT: "L’objectif était de rester calme en début de parcours. Il fallait attendre les pavés pour attaquer et rester bien placé avant la bagarre. Il fallait faire le moins d’efforts possibles. Puis je me suis dit, je suis un bagarreur, il faut y aller. J’ai donc attaqué à 60 kilomètres de l’arrivée mais cela n’a rien donné. Derrière l’attaque de Boonen quelques kilomètres plus loin, je ne me suis pas affolé et je me suis retrouvé avec son coéquipier Tepstra, j’en ai gardé un peu sous la pédale et nous sommes revenus au bon moment sur Ballan, Boom et Flecha sur le vélodrome. Avec l’expérience de la piste, je sentais que j’étais capable de les avoir au sprint. Je commençais pourtant à avoir des crampes mais j’ai tout donné puis je décroche une deuxième place. C’est une grosse récompense pour ce début de saison avec tous les sacrifices que je fais et tout ce que je fais subir à ma famille".

Il n’y avait vraiment rien à faire face à Tom Boonen ?
S.T: "Boonen était sûr de lui, il était super fort. Il a réussi à tenir les Sky à distance. Il a même pris de la distance au fil des kilomètres. Il n’y avait rien à faire face à lui. C’est vraiment admirable ce qu’il a fait en partant à 50 kilomètres de l’arrivée. J’espère qu’un jour cela va tourner un jour en ma faveur, notamment sur les Flandriennes. C’est également une grosse récompense pour l’équipe depuis le début de saison, mais maintenant on ne va pas s’arrêter là, il faut gagner des courses".

Vous vous attendiez à réaliser une telle performance ?
S.T: "On a toujours des ambitions, quand on est coureur professionnel. On a toujours l’espoir de gagner. On ne vient pas là pour faire de la figuration. Là je n’avais pas de pression particulière au départ. Après c’est une bonne surprise après la saison catastrophique que j’ai réalisé l’an passé. Cet hiver je me suis bien remis en "selle", j’ai bien travaillé avec mon entraîneur. On se connaît bien, on se fait confiance. Tout va bien. Les sensations sont vraiment là depuis un moment. Il y a toujours ce manque de réussite. Mais j’espère que cette deuxième place va être le déclic pour la suite de la saison…"

Et maintenant gagner un jour l’Enfer du Nord, cela devient réalité ?
S.T: "Si j’ai la même forme l’année prochaine, avec la même chance de ne pas avoir de pépins particuliers, pourquoi pas ? On verra si on aborde la course de la même manière… Je viendrai pour gagner mais il faudra déjà essayer d’accrocher Boonen et de le suivre. Ce sera loin d’être évident…"

Voir la video

Gilles Gaillard