Tour de France peloton prétexte
Le peloton | JEFF PACHOUD / AFP

Tour du Poitou-Charentes : une altercation éclate après une chute dans le sprint final

Publié le , modifié le

La deuxième étape du Tour du Poitou-Charentes, marquée mercredi par une chute collective lors du sprint final avec le leader français Nacer Bouhanni en principale victime, a provoqué une altercation entre coureurs avec des pénalités requises par le jury des commissaires. Trois jours après son déclassement lors de la Cyclassics de Hambourg qu'il avait remportée, et au lendemain d'un succès d'étape net et sans bavure lors de la 1ère étape du Tour du Poitou-Charentes, Nacer Bouhanni s'est retrouvé involontairement au centre d'une nouvelle polémique mercredi à Niort.

Le coureur vosgien a été pris dans une chute spectaculaire, avec une dizaine d'autres coureurs à 40 mètres de la ligne d'arrivée, abandonnant sur le coup ses chances de doublé et son maillot de leader qui a été endossé par le vainqueur du jour, le Belge Tom Van Asbroeck (Lotto NL). Alors que Bouhanni passait la ligne d'arrivée à pied, une vive altercation s'est produite sous les yeux d'un nombreux public entre son frère et coéquipier Rayan Bouhanni, très énervé, Christophe Laporte, un autre de ses coéquipiers de la Cofidis, et le Danois Kragh Andersen (Delko-Marseille), jugé selon les deux premiers comme le principal responsable de cette chute.

"Voilà ce qui arrive quand des coureurs inexpérimentés, peu habitués à frotter viennent se mêler à l'emballage final, a regretté Didier Rous, le directeur sportif de la Cofidis. Certains sont de vrais dangers même si ça fait partie des aléas dans ce type d'arrivée". Interpellé, le jury des commissaires a décidé de sanctionner Christophe Laporte et Kragh Andersen pour "voies de fait entre coureurs". Les deux coureurs ont écopé d'une pénalité d'une minute au classement et d'une amende de 200 francs suisses (184 euros). Éraflé sur tout le côté gauche et touché aux côtes, Nacer Bouhanni, dont l'objectif de fin de saison sont les Championnats du monde à Doha (Qatar) le 16 octobre prochain, n'est pas sûr de pouvoir repartir jeudi matin à l'occasion de la 3e étape reliant Thuré (Vienne) et Châtellerault, et longue de 95,2 km.

AFP