Julian Alaphilippe
Julian Alaphilippe | JAVIER MARTÍNEZ DE LA PUENTE / NURPHOTO

Tour du Pays basque : Schachmann s'impose, Alaphilippe à terre

Publié le , modifié le

L'Allemand Maximilian Schachmann a conforté son maillot de leader en remportant en costaud la 3e étape du Tour du Pays basque entre Sarriguren et Estibaliz (191,4 km) au terme d'une course marquée par la chute de Julian Alaphilippe. Michal Kwiatkowski et Geraint Thomas ont également été pris dans la chute.

A six kilomètres de l'arrivée de la 3e étape du Tour du Pays basque, la saison jusque-là quasi parfaite de Julian Alaphilippe a subi un violent coup d'arrêt. Sans que le Français n'y soit véritablement pour quelque chose. C'est toute la cruauté de la course cycliste qui a stoppé l'ascension du coureur de la Deceuninck-Quickstep, là où ses rivaux n'y parvenaient pas à la pédale.

Pris dans une chute massive, le numéro 1 mondial s'est violemment retrouvé à terre, tout comme son coéquipier Enric Mas, Geraint Thomas et Michal Kwiatkowski. Si l'on n'en sait pas encore plus sur la gravité des blessures d'Alaphilippe, la douleur qui se lisait sur son visage n'était pas faite pour rassurer. Au courage, il remontait finalement en selle pour terminer à 12 minutes du vainqueur. Un vainqueur qui ne le devançait que de 5 secondes au départ ce mercredi matin... 

Schachmann se surprend lui-même

La plupart des grands noms de ce Tour du Pays basque à terre, la course avait pourtant repris ses droit pour le finish. Déjà vainqueur lundi du contre-la-montre inaugural, Schachmann a confirmé son excellente forme du moment en remportant nettement un sprint en côte pour puncheurs, devant les Italiens Diego Ulissi (UAE), deuxième, et Enrico Battaglin (Katusha-Alpecin). Au général Schachmann devance Izagirre et Konrad de 33 secondes. 

Jeudi, les favoris peuvent se méfier: la 4e étape entre Vitoria-Gasteiz et Arrigorriaga (163,6 km) prévoit quatre ascensions répertoriées. Et la dernière, classée en 3e catégorie, n'est située qu'à 3 km de l'arrivée, ce qui pourrait être propice à une escarmouche entre leaders.  Schachmann, lui, ne compte pas lâcher prise même s'il n'est pas en principe un pur grimpeur. "Je me surprends moi-même. C'est vrai qu'il y aura deux étapes super difficiles (vendredi et samedi, ndlr). J'espère que ma batterie sera encore chargée", a-t-il plaisanté.