Tour des Flandres : Michael Schär (AG2R-Citroën) mis hors course pour un jet de bidon

Publié le , modifié le

Auteur·e : Loris Belin
Michael Schär
Le coureur suisse Michael Schär (AG2R - Citroën) lors de Gand-Wevelgem le 28 mars 2021. | POOL VINCENT KALUT / BELGA MAG / Belga via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Suisse Michael Schär a été disqualifié du Tour des Flandres par le jury de la course dimanche 4 avril. Le coureur de la formation AG2R – Citroën paie un jet de bidon hors zones réglementaires, nouveau motif d'exclusion dans le règlement UCI depuis le 1er avril.

Le nouveau règlement UCI va de nouveau faire du bruit. Après la polémique autour de la "position Mohoric" en descente, désormais interdite, le cyclisme international va désormais s'agiter autour de la "jurisprudence" Michael Schär. Le coureur suisse de la formation AG2R-Citroën a été exclu dimanche 4 avril du Tour des Flandres pour avoir jeté un bidon sur le parcours aux pieds d'un groupe de spectateurs.

La sanction fait partie du nouvel arsenal de dispositions des jurys des courses depuis le 1er avril. Elle ne va toutefois pas manquer d'être sujet aux débats, alors que le geste du Suisse ne présentait de danger ni pour un autre coureur, ni pour l'environnement. Un spectateur semblait d'ailleurs en route pour le ramasser.

Distancé ponctuellement suite à un ennui mécanique, Michael Schär était dans le train des voitures  vers le peloton quand il s'est séparé d'un bidon à 107 kilomètres de l'arrivée du Ronde. Le coureur de 34 ans a voulu profiter d'un passage dans une zone habitée avec quelques spectateurs (la course se déroule à huis-clos à cause du coronavirus), mais hors zone réglementaire, pour se débarrasser d'un de ses bidons, comme il est de coutume dans le peloton. La punition n'a pas tardé à tomber, alors que Schär s'était immédiatement rendu compte de son erreur. Le jury a montré le bord de la route à la recrue de l'intersaison de la formation française.

"Ces nouvelles mesures font partie d’un plan global de sécurité des coureurs, hommes et femmes" avait expliqué l'UCI en février dernier au moment de l'adoption de ces nouvelles dispositions. Cette décision vise à "renforcer la réglementation au sujet des comportements potentiellement dangereux des coureurs, parmi lesquels le jet d'un bidon sur la chaussée ou au sein du peloton (qui pourrait poser des problèmes aux coureurs qui suivent)". Ce qui ne manquera pas de faire grincer quelques dents, alors que la situation de ce dimanche ne semblait pas présenter de danger ni pour Schär, ni pour la nature.

Schär pas le premier exclu

Le peloton est toutefois désormais prévenu : la règle est intransigeante, et aucun avertissement ne sera donné avant la mise hors-course sur les courses d'un jour. Dans les courses par étapes, un premier manquement du genre au règlement sera sanctionné de 30 secondes de pénalité, de deux minutes en cas de récidive avant une disqualification en cas de troisième infraction. Schär devrait se voir également sanctionné d'une perte de points au classement UCI et d'une amende comprise entre 180 et 900 euros. Si la mésaventure du Suisse risque de passer à la postérité, il n'a pourtant pas été le premier à être pris par la patrouille. Samedi, l'Américain Kyle Murphy (Rally Cycling Team) a été exclu du Grand Prix Miguel Indurain, remporté par Alejandro Valverde, pour les mêmes raisons.

Le jury ne s'est pas ennuyé depuis le départ à Anvers dimanche. En début de course, une altercation musclée entre Otto Vergaerde (Alpecin-Fenix) et Yevgeniy Fedorov (Astana-Premier Tech) a donné lieu à la disqualification des deux coureurs. Alors que Fedorov tentait de relancer à l'avant du peloton, le coéquipier de Matthieu van der Poel a voulu l'en dissuader d'un coup d'épaule avant que le Kazakh ne tente de lui rendre la pareille pour se faire justice.