Tour de l'Avenir : Rubio, Champoussin, Pidcock, les 5 coureurs à suivre

Publié le , modifié le

Auteur·e : Théo Gicquel
Thomas Pidcock est un des grands espoirs de ce Tour de l'Avenir.
Thomas Pidcock est un des grands espoirs de ce Tour de l'Avenir. | MAXPPPP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Tour de l'Avenir, qui s'élance jeudi de Marmande en direction des Alpes, verra s'affronter les meilleurs coureurs de 23 ans et moins. Comme souvent, cette 56e édition devrait sacrer un futur espoir du cyclisme mondial, à l'aise sur les routes accidentées mais aussi en haute montagne, comme Tadej Pogacar en 2018 ou le récent vainqueur du Tour de France Egan Bernal en 2017.

Qui succédera à Tadej Pogacar ? Le Tour de l'Avenir, qui débute jeudi, est depuis de nombreuses années l'antichambre du monde professionnel et le laboratoire à jeunes talents pour les équipes professionnelles. 

Ouverte aux coureurs espoirs âgés de 23 ans et moins et courue sous bannières nationales ou régionales amateurs, l'épreuve a vu ces dernières années briller les Colombiens Miguel Angel Lopez et Egan Bernal, l'Espagnol Marc Soler mais aussi les Bretons Warren Barguil et David Gaudu. Voici cinq coureurs qui pourraient briller sur les routes françaises à partir de jeudi.

• Thomas Pidcock (Grande-Bretagne)

Pour beaucoup, il est la prochaine superstar du cyclisme britannique. A 20 ans, Thomas Pidcock a déjà un énorme palmarès chez les jeunes : champion du Monde Juniors de contre-la-montre en 2017, champion d'Europe Juniors et Espoirs de cyclo-cross. Cette année, il a remporté Paris-Roubaix Espoirs et a remporté le Tour d'Alsace début août.

Déjà très complet, Pidcock est très rapide au sprint, roule bien et grimpe encore mieux. Plus que prometteur, alors qu'il est plus jeune que beaucoup de favoris. "Il grimpe même mieux que Mathieu Van der Poel à mon sens même si j'ai entendu dire qu'il comptait perdre cinq kilos dans le futur. En ce qui concerne Pidcock, il est trop impatient. Il roule de manière fort nerveuse. Cela pourrait lui jouer des tours.", tempérait néanmoins à DirectVelo son entraîneur Kurt Bogaerts.

La sélection britannique pour le Tour de l'Avenir.
La sélection britannique pour le Tour de l'Avenir. © Great Britain Cycling Team.

• Clément Champoussin (France)

Le leader de l'équipe de France sur ce Tour de l'Avenir, c'est lui. Cinquième l'année dernière, le Chambérien Clément Champoussin (21 ans) vient cette année pour viser la victoire. Le sélectionneur Pierre-Yves Chatelon a confirmé à DirectVelo son ambition de faire un bon classement général avec son leader.

"L'année dernière, nous avions moins d'ambitions au classement général. J'étais dans l'expectative. Clément Champoussin ne s'était pas encore affirmé. On jouait plus les étapes de début de Tour de l'Avenir, avec des garçons comme Damien Touzé, Pierre Idjouadiene et Alan Riou. On accordait moins d'importance au général", explique-t-il.

Troisième de la Ronde de l'Isard, troisième de la course de la Paix Espoirs et 25e du Tour d'Alsace, Champoussin a déjà un avenir en pro : il sera chez AG2R La Mondiale en 2020. 

• Einer Augusto Rubio (Colombie)

Après Nairo Quintana (2010), Esteban Chaves (2011), Miguel Angel Lopez (2014) et Egan Bernal (2017), est-ce le tour de Einer Augusto Rubio ? Le jeune colombien (21 ans) sort du même moule que ses prédécesseurs : un grimpeur issu de la région du Boyaca, la même qu'un certain Nairo Quintana.

Annoncé chez Movistar pour la saison prochaine, il dispose déjà de très solides garanties : 2e du dernier "Baby Giro" en juin (avec une victoire) juste derrière son compatriote Andres Camila (qui a signé chez UAE Emirates), il a excellé sur les routes italiennes (4e du Tour du Mont Blanc 2018) mais il a dû abandonner sur l'édition 2019 en juillet. On devrait rapidement le voir lorsque la pente s'élèvera.

• Kevin Inkelaar (Pays-Bas)

Lui ne devrait pas être le leader de sa sélection, qui compte dans ses rangs Thymen Arensman, deuxième du dernier Tour de l'Avenir. Mais Kevin Inkelaar, qui évolue dans la réserve de Groupama-FDJ, a au moins autant de références que son leader.

Douzième du Tour du Jura, 11e de la Ronde l'Isard, il s'est ensuite classé 12e du Giro Espoirs en juin. En juillet, il a remporté une étape sur le Tour du Val d'Aoste, terminant 3e du général. Il a conclu le Tour d'Alsace début août à la 4e place. Déjà très complet, le Néerlandais est une vraie chance de victoire finale.

• Mauri Vansevenant (Belgique)

Dans une équipe de Belgique très dense et homogène avec Sylvain Moniquet ou Ilan Van Wilder, Mauri Vansevenant (20 ans) est une des meilleures chances belges pour ce Tour de l'Avenir. Cinquième de la Course de la Paix Espoirs, Vansevenant a remporté la plus belle victoire de sa jeune carrière sur le Tour du Val d'Aoste en juillet.

Vivier de jeunes espoirs, la Belgique dispose déjà avec Remco Evenepoel (19 ans, Deceuninck-Quick-Step) d'un talent hors-norme. Mais elle dispose également d'une réserve prodigieuse, qu'on devrait voir sur ce Tour de l'Avenir. Vansevenant, une des meilleures chances belges, pourrait d'ailleurs rejoindre Evenepoel dès l'an prochain chez Quick Step.

A suivre également : Thymen Arensman (Pays-Bas), Andreas Kron (Danemark), Andrea Bagioli et Filippo Conca (Italie), Juan Diego Alba (Colombie), Ethan Hayter (Grande-Bretagne).

Les étapes :

Jeudi 15 août : Marmande - Marmande, 129 km
Vendredi 16 août : Eymet - Bergerac, c.l.m. par équipes de 32 km
Samedi 17 août : Montignac-Lascaux - Mauriac, 162 km
Dimanche 18 août : Mauriac - Espalion, 158 km
Lundi 19 août : Espalion - Saint-Julien-Chapteuil, 159 km
Mardi 20 août : Saint-Julien-Chapteuil - Privas, 124 km
Jeudi 22 août : Grésy-sur-Isere - La Giettaz, 104 km
Vendredi 23 août : Brides-les-Bains - Méribel-Col de la Loze, 23 km
Samedi 24 août : Villaroger - Tignes, 67 km
Dimanche 25 août : Saint-Colomban-des-Villards - Le Corbier, 78 km

Avec AFP.