Bardet
Romain Bardet. | DE WAELE Tim / TDWsport Sarl / DPPI media

Romain Bardet, après la pluie vient le beau temps

Publié le , modifié le

Hier à Cauterets, sous un beau soleil de juillet, Romain Bardet n'avait pas répondu aux journalistes. D'ailleurs, il n'avait pas du tout parlé au terme de cette étape noire, où il avait franchi la ligne en 30e position, à 13'50 du vainqueur. Aujourd'hui, sous la pluie et la grêle, l'ambiance était toute autre. Troisième de l'étape du jour, le Clermontois retrouve des couleurs.

Sursaut d'orgueil pour Romain Bardet. A la peine la veille, le jeune homme de 24 ans est parvenu à redresser la barre aujourd'hui. Parti dans l'échappée du jour, avec son coéquipier et meilleur ami Mickaël Chérel, l'ancien sixième du Tour de France a prouvé que sa Grande Boucle était loin d'être finie. Après la ligne, à l'abri de la pluie, il prend le temps de se changer, et surtout de se sécher avant  de redescendre le col, en voiture. Tandis qu'Alex l'assistant lui passe une serviette autour du cou, le coureur de Vincent Lavenu ne cache pas sa satisfaction : « Je retrouve des couleurs, je reviens vraiment de loin.

"On est sur le bon chemin"

Romain Bardet tient à remercier son compagnon d'échappée, Mickaël Cherel : « Il a été formidable.   Chapeau à lui et à toute l'équipe », et accepte de revenir sur sa défaillance de la veille. « La journée d'hier a été une catastrophe. C'est le plus gros échec que j'ai pu connaître sur un Tour de France. Je viens de passer dix jours à peiner à suivre le peloton ». Toujours abrité sous une sorte de tunnel, l'Auvergnat retrouve confiance pour la suite : « Je suis venu sur ce Tour pour jouer le top 5 du général. Mais vu les dix premiers jours que j'ai passé… C'est difficile de passer d'un coup de tout noir à tout blanc. On est sur le bon chemin avant la semaine alpestre ».

La journée avait été noire pour AG2R La Mondiale hier, avec deux abandons, et les trois leaders de la formation savoyarde lâchés. Aujourd'hui, malgré la météo calamiteuse au sommet du Plateau de Beille, le ciel de l'équipe de Vincent Lavenu s'est éclairci. Romain Bardet est remonté à la 17e place du général, juste derrière un autre Français, Pierre Rolland (Europcar). Il est désormais l'heure pour le jeune coureur et ses coéquipiers de redescendre dans la plaine, pour récupérer en vue de la semaine prochaine. « Je continue de travailler très dur, pour progresser et essayer de battre les meilleurs », promet-il, avant de quitter son abri de fortune, et se diriger vers les beaux jours. C'est sûr, pour Bardet sous la pluie vient le beau temps.