MTN-Qhubeka, les Colombiens, Lemond: Les premières fois du Tour de France

MTN-Qhubeka, les Colombiens, Lemond: Les premières fois du Tour de France

Publié le , modifié le

Avec MTN-Qhubeka, le Tour de France convie pour la première fois une équipe africaine à la fête. Bien avant, l’internationalisation avait commencé. Du premier départ à l’étranger en 1954, en passant par l’arrivée des Colombiens dans les années 80, jusqu’au premier maillot jaune africain, retour sur les "premières fois" du Tour de France.

 Premier départ à l’étranger : Amsterdam en 1954

Le 8 juillet 1954, le Tour de France s’élance pour la première fois en dehors des frontières françaises. Pour l’occasion, Jacques Goddet, le directeur, a choisi les Pays-Bas et Amsterdam pour accueillir le peloton. L’étape relie la capitale hollandaise à Anvers, en Belgique. Il faut attendre le lendemain pour que le Tour de France revienne dans l’Hexagone. Pour la petite histoire, c’est Wout Wagtmans qui s’impose dans cette première étape "étrangère", sur ses terres. 

En 1954, le Tour était parti d'Amsterdam
En 1954, le Tour était parti d'Amsterdam

Depuis le Tour de France est parti 21 fois hors de France. Le pays le plus "visité" pour des grands départs n’est autre que les Pays-Bas et leur tradition cycliste (six fois) alors que la Belgique suit juste derrière (quatre départs). L’Allemagne et l’Espagne, pourtant limitrophes, n’ont plus accueilli le départ de la Grande Boucle depuis respectivement, 1987 (le symbole de Berlin-Ouest) et 1992 (premier et unique départ à San-Sebastian). 

Première équipe sud-américaine : Colombie en 1983 

C’est la sensation du Tour de France 1983. La Grande Boucle s’ouvre à l’international et pour la première fois de l’histoire, une équipe colombienne est de la grande fête de juillet. Cette formation est une équipe amateur (neuf autres nations ont leur équipe sur ce Tour 1983). Si les organisateurs voient d’un bon œil l’arrivée de ces "escarbajos" (surnom donné aux grimpeurs colombiens), ce n’est pas le cas des coureurs qui les craignent. José Patrocinio Jiménez achève ce premier Tour à la 17e place après avoir brillé en montagne. Il faudra attendre 1988 pour voir un Colombien, Fabio Parra, monter sur le podium de la Grande Boucle. En attendant la victoire de Nairo Quintana ? 

Fabio Parra (à droite) sur le Tour 1988
Fabio Parra (à droite) sur le Tour 1988

Première équipe américaine (et victoire américaine) : 7-Eleven et Greg Lemond en 1986 

Bien avant Lance Armstrong, les Etats-Unis avaient fait une entrée tonitruante sur le Tour de France. En 1986 pour être précis. Cette année-là, la formation 7-Eleven est la première formation américaine à débarquer sur la Grande Boucle. C’est d’ailleurs une réussite puisqu'Alex Stieda porte le maillot jaune et que Davis Phinney remporte une étape.

Ironie de l’histoire, c’est aussi cette année-là qu’un "yankee" triomphe sur le Tour de France. Un an après s’être effacé au profit de Bernard Hinault, Greg Lemond a son heure de gloire.  

Bernard Hinault emmène Greg Lemond sur le Tour 1986
Bernard Hinault emmène Greg Lemond sur le Tour 1986

Deux Japonais sur le Tour : Yukiya Arahsiro et Fumiyuki Beppu en 2009 

Déjà engagée dans les années 1980 et poursuivie dans la décennie suivante, l’internationalisation du cyclisme s’est accélérée au 21e siècle. En 2009, Yukiya Arahsiro et Fumiyuki Beppu sont les premiers Japonais sur le Tour de France. L’un court pour Bbox Bouygues Telecom et l’autre pour Skil-Shimano. Ils traverseront le Tour anonymement (129e et 112e) mais les faits sont là. 

Fumiyuku Beppu et Yukiya Arashiro sur la Grande Boucle 2009
Fumiyuku Beppu et Yukiya Arashiro sur la Grande Boucle 2009

Première équipe australienne : Orica GreenEDGE en 2012​ 

En 2012, la Grande Boucle s’ouvre à l’Océanie. Bien avant ça, Phil Anderson, Baden Cooke, Bradley McGee ou évidemment Cadel Evans ont brillé mais Orica GreenEDGE est bien la première équipe de "l’autre bout du monde" inscrite au départ d’un Tour de France. Et, la formation dirigée par Matthew White est loin d’être ridicule. En 2013, elle enlève même deux étapes et se distingue avec le fameux épisode du bus.  

En 2013, le bus Orica-GreenEDGE avait fait des sueurs froides aux organisateurs
En 2013, le bus Orica-GreenEDGE avait fait des sueurs froides aux organisateurs

Premier maillot jaune africain : Daryl Impey en 2013​ 

Après l’Europe, l’Amérique, l’Asie, l’Océanie, inévitablement, le Tour doit s’ouvrir au continent africain. Si en 2015, MTN-Qhubeka sera la première équipe africaine à participer, en 2013 Daryl Impey représente fièrement son continent en endossant le maillot jaune au soir de la 6e étape. Il le conserve deux jours avant de le laisser, comme un symbole, à Christopher Froome, né sur le sol africain (Nairobi au Kenya) bien que Britannique. Le Tour de France est désormais universel ! 

Daryl Impey tout sourire au soir de la 6e étape du Tour 2013
Daryl Impey tout sourire au soir de la 6e étape du Tour 2013

Première équipe africaine sur le Tour : MTN-Qhubeka en 2015​ 

Ce sera à n’en pas douter la belle histoire du Tour de France 2015. Pour la première fois, une équipe africaine sera au départ, à Rotterdam, du Tour de France. MTN-Qhubeka a déjà participé à la Vuelta mais n’a jamais été conviée en juillet. Avec un recrutement malin (Boasson Hagen, Goss, Bos, Farrar) et des coureurs d’Afrique noire (Berhane, Kudus, Teklehaimanot), MTN a de beaux atouts à faire valoir.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot